Plusieurs sites d’actualité technologique ont relaté hier les déboires d’un client du CIC qui en interpellant la banque sur le caractère trop intrusif des permissions demandées par son application mobile Android, aurait reçu une lettre le notifiant de la résiliation de ses comptes.

Si l’on en croit la description de l’application mobile du CIC pour plateforme Android, celle-ci nécessite pour être installée que l’utilisateur lui donne accès à l’intégralité de ses contacts, ses contenus multimédia (photos, vidéos), sa géolocalisation ainsi que son appareil photo. Or, ces permissions larges ne sont pas du goût de tous, même si l’établissement les justifie par des fonctionnalités telles que la localisation d’agence ou le partage de coordonnées bancaires avec un contact.

C’est notamment le cas d’un internaute connu sur Twitter sous le pseudonyme @Sorcier_FXK qui a pris l’initiative d’apostropher, certes un peu vertement sa banque pour lui faire part de son mécontentement :

Le CIC a-t-il a répliqué en résiliant les comptes ?

Trois jours plus tard, @Sorcier_FXK a reçu une lettre recommandée avec accusé de réception l’informant que la banque n’avait “plus convenance à maintenir [ses] relations” avec lui et, qu’il disposait, par conséquent, d’un délai de 80 jours pour changer de domiciliation bancaire. Selon lui, cette résiliation serait directement liée aux propos qu’il a tenu sur Twitter.

Mais d’après le CIC qui a publié un communiqué hier pour clarifier la situation, il n’y aurait pas de lien de cause à effet entre les invectives de son client sur les réseaux sociaux et la résiliation de ses comptes.

Notons, par ailleurs, qu’une réaction aussi rapide et cinglante aurait été étonnante (pour ne pas dire inquiétante), s’agissant d’un internaute utilisant un pseudonyme.

Un problème de confidentialité lié au fonctionnement d’Android

La question des permissions attribuées aux applications est un sujet épineux pour la plateforme mobile de Google. En effet, dès lors qu’une application est installée, il n’est pas possible, dans la version actuelle du système d’exploitation, de révoquer certaines des permissions demandées comme le permet notamment iOS. Par conséquent, pour utiliser l’application du CIC, l’utilisateur doit donner à celle-ci un large accès à ses informations personnelles.

Ce problème devrait naturellement se résoudre avec l’arrivée prochaine d’Android M dont une des nouvelles fonctionnalités est justement de permettre de gérer plus finement les permissions accordées aux applications, même a posteriori.

Mise à jour du 16 juin à 15h10 :
Le CIC a publié sur son site une note d’information expliquant le fonctionnement des permissions sous Android. Dans cette note, il indique également que le fonctionnement d’Android M devrait solutionner le problème.

Adrien Pigeot
A propos de l'auteur

Du développement au conseil, en passant par l'assistance à MOA, le parcours d’Adrien s'est construit autour de la mise en œuvre de dispositifs digitaux pour le secteur financier. Pour mener à bien ces missions, il a toujours accordé une attention particulière à la compréhension des enjeux stratégiques métiers des acteurs du secteur.

Site web : http://www.theangle.fr

Twitter LinkedIn

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine