Vous aurez indubitablement constaté la percée du digital dans le monde de l’assurance et de la banque. Mais avez-vous remarqué sa généralisation dans l’univers de la santé qui jouxte celui de l’assurance et de la bancassurance ? Ne ratez pas le coche.

L’année 2014 aura permis aux entreprises comme aux consommateurs de renforcer leur relation au digital. Les clients dictent toujours le mouvement, poussés par une appétence à l’innovation aux allures de course folles aux armements des années de guerre froide. Inutile de vous rappeler le taux d’équipement des Français en iPad et Smartphone : un peu d’effort sur le moteur de recherche de notre site web et vous y tomberez, aisément. Chut !!! Une confidence qui n’en est pas une, toutefois : cet indicateur est croissant.

Désormais nous sommes tous équipés d’ordinateurs, d’iPad et de Smartphones pour contrôler nos comptes bancaires, opérer des transactions en ligne, déclarer un sinistre sur un … e-constat, sermonner enfin notre conseiller bancaire préféré, quand tout cela veut bien fonctionner. Car à la moindre panne, nous voilà perdus, sevré de force. Suivez mon regard. Nous le serons également désormais, nous qui avons décidé de plonger dans l’univers de la santé connectée. Oui, d’ores et déjà, dans nos applications mobiles, nous pouvons gérer et contrôler notre santé en ligne.

“Ainsi, le respect des fameux 10 000 pas parcourus par jour pourrait donner lieu à une baisse tarifaire de la prime mensuelle du cotisant. D’autres exemples, que nous ne citerons pas ici, montrent comment cette pratique nous plonge dans l’univers de la santé 2.0 généralisée. Avec, en toile de fond, une pratique du sport de plus en plus conseillée là où le médicament apparaît de moins en moins comme ami préféré de l’homme…”

Certains assureurs ne se sont pas trompés, qui proposent désormais des programmes de suivi du bien-être de leurs assurés, à partir de leur Smartphone. Grâce aux objets connectés qui récupèrent leurs données médicales souvent en temps réel,  les clients ont la possibilité de s’inscrire dans un programme de santé permettant de moduler le tarif de leur complémentaire santé, en fonction de leur hygiène de vie. Ainsi, le respect des fameux 10 000 pas parcourus par jour pourrait donner lieu à une baisse tarifaire de la prime mensuelle du cotisant. D’autres exemples, que nous ne citerons pas ici, montrent comment cette pratique nous plonge dans l’univers de la santé 2.0 généralisée. Avec, en toile de fond, une pratique du sport de plus en plus conseillée là où le médicament apparaît de moins en moins comme ami préféré de l’homme. Et ce n’est pas l’épisode malheureux du Médiator qui me contredirait.

En lieu et place de ces molécules qui nous font du bien et nous tuent parfois, semblerait-il, l’OMS propose désormais le sport. Sans blague ! Bougez, bougez encore et bougez toujours. Vous finirez par être en bonne santé, le cas échéant. Mais auparavant, respectez certaines conditions : consultez votre médecin pour valider votre aptitude à la santé, munissez-vous de l’un de vos objets connectés préféré pour tracer votre activité. Cela pourrait bientôt, si ce n’est déjà fait, vous permettre de gagner de l’argent auprès de votre assureur 2.0 qui réduira votre prime. Du magot que vous économiserez sur votre compte bancaire 2.0 également. Auparavant, vous aurez eu la possibilité de vérifier sur votre compte en ligne que vous avez de l’argent à dépenser auprès de votre médecin et que la Sécu (vive ameli.fr) vous a remboursé votre dû dépensé, puisque les médecins généralistes ne veulent pas de l’économie d’avance de frais de soins généralisée.

En ce début d’année 2015, je vous propose une résolution supplémentaire : pratiquez du sport 2.0. Mais attention, il n’est pas dit que votre assureur soit déjà en mesure de vous accorder des bonus. Son arsenal digital ne le lui permet pas encore. Mais s’agissant du patient 2.0 que vous êtes, vous patientez ou passez à la concurrence. Zapper, quoi ! En plus désormais, la Loi Hamon vous le permet plus facilement.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine