Le courtier en assurance vie mène une enquête sur le comportement des Français en matière d’épargne avec un découpage en région. L’étude révèle qu’avec une moyenne d’épargne de 44 217 €, les Français se révèlent de bons épargnants.

Selon cette étude, 9 Français sur 10 épargnent. Ils sont même 67 % à posséder plusieurs produits d’épargne. Le livret A arrive d’ailleurs en tête avec un taux de possession de 22 % pour ceux qui n’en détiennent qu’un seul. Malgré son faible taux de rentabilité, il reste « le chouchou » des Français. Ce qui est également le cas en région, sauf pour les Bretons, Centrais, Ligériens et Normands qui placent au même niveau le LEP (21 %). Les Bourguignons, Francs-Comtois, Alsaciens, Champenois, Lorrains et Altofrançais (30 %), de même que les Auvergnats, Rhônalpins et Provençaux (28 %) placent en tête le livret jeune. Au niveau national, ils sont 69 % à ne pas savoir combien leur épargne leur rapporte !

Combien sont-ils en région à ignorer le gain tiré de leurs produits d’épargne ?

• les Franciliens : 64 %

• les Néo-Aquitains et Occitans, ainsi que les Auvergnats, Rhônalpins et Provençaux et encore Les Bretons, Centrais, Ligériens et Normands : 69 %.

• les Bourguignons, Francs-Comtois, Alsaciens, Champenois, Lorrains et Altofrançais : 73 %

 « C’est un élément inattendu de cette étude ! Un hiatus entre l’acte fort, je mets de côté parce que je peux en avoir besoin, et l’acte mineur, je mets de côté sans imaginer que cela peut me rapporter ! Ce décalage montre que les professionnels de l’épargne doivent mieux expliquer les enjeux et stratégies d’épargne. L’éducation nationale a elle aussi un rôle à jouer aux côtés des parents pour enseigner aux jeunes comment gérer son argent. », déclare François Leneveu, cofondateur et Président d’Altaprofits.

A quoi sert l’épargne des Français ?

D’abord à faire face aux imprévus du quotidien (46 %) comme une panne de voiture, un remplacement d’appareil ménager… Vient ensuite la possibilité de dissocier ses économies du compte courant (24 %). Puis, le financement de projets à long terme (22 %) tels que l’achat immobilier, la préparation de la retraite, le financement des études des enfants. Et enfin, le financement de projets à court terme tel que l’achat d’une voiture ou d’un voyage (7 %). En région, en dehors des Franciliens qui sont partagés entre les trois premières raisons, la majorité des régions épargnent pour faire face aux imprévus du quotidien ce qui tend à démontrer une certaine crainte quant aux lendemains voire un sentiment d’insécurité.

Au niveau de l’impact politique et économique depuis 5 ans : la sécurité avant le rendement

Si les Français perçoivent le climat politique et économique actuel comme étant plutôt propice à l’épargne (56 %), ils sont cependant 40 % à estimer qu’au cours des cinq dernières années leur capacité d’épargne s’est réduite. 16 % arrivent tout de même à épargner davantage. Ils privilégient par contre des produits sans risque même avec un faible rendement : 78 % jouent la carte de la sécurité à défaut du rendement.

« La culture du mix sécurité / rentabilité est vraiment à développer », indique François Leneveu, « sinon, en laissant leur argent mal rémunéré sur des livrets réglementés, et pire en laissant leurs liquidités sur des comptes à vue, les Français se transforment en « mécènes » des banques et de l’Etat ».

Pour les Français Hommes / Femmes : des différences en matière d’épargne

Si on s’intéresse plus particulièrement aux différences hommes/femmes, l’étude nous révèle que les hommes épargnent plus régulièrement que les femmes (77 % vs 74 %) mais les femmes placent beaucoup moins d’argent. En effet, la moyenne du montant de l’épargne des femmes est seulement de 25 989 € contre 60 734 € pour les hommes. En détail, 19 % des femmes disposent d’une épargne allant de 1 000 à 4 999 € alors que 21 % des hommes disposent d’une épargne supérieure à 80 000 €.

Mais au niveau de ce que cela leur rapporte ? De manière logique et au regard du montant placé, les hommes sont beaucoup plus au fait des gains perçus (34 % vs 26 %). La sécurité, la peur des imprévus est un sentiment partagé par les hommes et les femmes en France qui épargnent majoritairement pour faire face aux coups durs : 49 % pour les femmes et 43 % pour les hommes. Les femmes ne sont seulement que 13 % à opter pour des produits un peu risqués, avec un rendement espéré plus important (versus 23 % pour les hommes).

Les jeunes Français anticipent, les seniors épargnent pour faire face aux imprévus

Les 18-34 ans sont 55 % à disposer de plusieurs produits d’épargne. Beaucoup plus aguerris, les seniors

(+ de 65 ans) sont quant à eux 75 %. 48 % des jeunes placent de l’argent au moins une fois par mois vs 43% pour les seniors. En découle une différence importante sur les montants épargnés à aujourd’hui avec une moyenne de 7 152 € pour les jeunes. 34 % des 18-24 ans et 20 % des 25-34 ans ont une épargne comprise entre 1 000 et 4 999 €. Assez logiquement, les seniors, qui ont démarré beaucoup plus tôt leur plan d’épargne, disposent en moyenne d’une épargne de 67 834 €. 25 % ont même 80 000 € et plus de côté.

Les jeunes se montrent prévoyants puisqu’ils déclarent d’abord épargner pour des projets à long terme (32 %). Pour les seniors, disposer de produits d’épargne est d’abord un moyen de faire face aux imprévus (53 %).

Méthodologie : le Baromètre de l’épargne en région a été réalisé par OpinionWay pour Altaprofits, du 22 mai au 3 juin 2019, auprès d’un échantillon de 2 470 personnes âgées de 18 ans et plus ; échantillon représentatif de la population des régions françaises et constitué selon la méthode des quotas. Interviews réalisées en ligne.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine