Selon une étude sur l’évolution annuelle des frais bancaires, menée par Panoramabanques.com, après 3 années de hausse, les Français payent en moyenne 215€ de frais bancaires par an. Cette étude porte sur 151 banques En 2019 et constate que les charges bancaires baissent : 1% de moins qu’en 2018. Toutefois, « la facture reste élevée », note le comparateur.

Ce renversement de tendance après plusieurs années de hausse s’explique par la baisse du prix de la gestion des comptes sur internet, l’apparition de nouveaux packages bancaires plus abordables et la stabilisation des frais bancaires du quotidien.

Ainsi, après trois années de hausse des frais bancaires, la tendance s’inverse : En 2014 et en 2015, les frais bancaires avaient baissé grâce au plafonnement des commissions d’intervention imposé par le législateur ; – Puis, les frais bancaires avaient augmenté trois années consécutives, en 2016 et 2017, la hausse importante des frais de tenue de compte ayant fait grimper la facture bancaire des Français. L’année dernière, la hausse des tarifs bancaires était restée modérée (+0,25%) avec un environnement concurrentiel fort (Orange Bank, néo-banques…) et un contexte de mobilité bancaire facilitée.

En 2019, la tendance s’inverse et les Français vont payer 215,10€ de frais bancaires en moyenne, contre 217,30€ en 2018, soit une baisse de 1%. Courant 2018, certaines hausses ont eu lieu mais elles étaient faibles. Une nouvelle intervention du législateur a demandé aux banques de geler leurs tarifs, les hausses ainsi prévues début 2019 n’ont pas eu lieu alors que les baisses de tarifs ont été maintenues. Elles viennent principalement de la baisse des frais de gestion du compte bancaire au quotidien. En fait, les banques sont de moins en moins nombreuses à facturer des frais d’abonnement pour la gestion du compte sur Internet.

97% des Français sont dans une banque qui ne facture pas l’abonnement de gestion de leur compte en ligne versus 89% en 2018. Le Crédit Mutuel propose ce service gratuitement (12€ par an auparavant). Faire payer l’abonnement à la gestion du compte sur internet devient l’exception : seules 14 banques le facturent encore contre le double l’année dernière et 49 en 2015.

Lorsqu’il est facturé, ce service coûte en moyenne 27,70€. Aucune banque en ligne ne facture ces frais de tenue de compte restent stables en 2019. Cette année, près de 9 Français sur 10 sont dans une banque qui facture des frais de tenue de compte. Depuis leur apparition, dans les années 2010, ces frais de tenue de compte n’avaient fait qu’augmenter. En somme, 2019 marque la fin de cette hausse continue : le montant moyen des frais de tenue de compte se stabilise à 17€ par an, comme en 2018 17 € 17 € 2018 2019. Selon Laure Prenat : « L’abonnement à la gestion du compte sur internet est un vestige de l’époque où effectuer des virements en agence plutôt qu’en ligne était la norme.

Aujourd’hui, les banques ferment des agences et font tout pour que les clients fassent de plus en plus de choses sur internet. Ces frais n’ont donc plus de sens et sont en passe de disparaître. »

Seules 22 banques n’en facturent toujours pas, parmi lesquelles on retrouve 6 des 7 banques en ligne présentes en France ; lors qu’ils sont facturés, ces frais s’établissent à 23€ en moyenne Des packages de plus en plus intéressants. Courant 2018, plusieurs banques ont modifié leur package pour les rendre attractifs au plus grand nombre. Ces packages, dont le contenu a souvent été simplifié, permettent de faire baisser la facture d’un certain nombre de Français.

Les exemples les plus parlants : Sobrio de Société Générale, lancé en avril 2018, a remplacé le pack Jazz le prix (hors options) de ce nouveau package avec une carte classique est de 82,80€ par an contre 102€ pour l’ancien. Certains produits (peu utilisés) inclus dans l’ancien package Jazz ne le sont pas dans Sobrio : les oppositions sur chèque pour perte ou vol ; un chèque de banque par an ;  une baisse du nombre de retraits déplacés gratuits par mois ; l’offre Standard du Crédit Mutuel du Sud- Ouest n’intègre plus l’assurance perte et vol des moyens de paiement et est donc moins chère

Le prix de ce package avec une carte classique en 2019 est de 59,76€ par an contre 84€ début 2018. La cotisation de la carte bancaire augmente de 0,2% en 2018 et coûte désormais en moyenne 61,45€ par an. 61,30 € 61,45 € 2018 2019, + 0,2% entre 2018 et 2019.

Selon Laure Prenat, directrice générale de Panoramabanques, « C’est la toute première fois que les frais de tenue de compte n’augmentent pas ! Nous avons sans doute atteint un palier, c’est une bonne nouvelle. A suivre l’année prochaine, en espérant que ces frais obscurs, dont l’apparition soudaine avait été mal perçue par les Français, commencent à baisser. »

Quid du coût de la carte bancaire ?

Ils représente près de 30% de la facture totale. Et augmente très légèrement au global, sous l’effet de 2 dynamiques contraires :

D’une part de la Hausse de la carte bancaire classique à débit immédiat (carte de débit) ; le prix moyen de cette carte augmente de 41,20€ à 41,50€ (+0,7%) ; 39 banques augmentent le prix de cette carte ; aucun établissement n’affiche de baisse ; baisse de la carte bancaire classique à débit différé (carte de crédit) ; sa cotisation annuelle passe de 43,60€ à 43,40€ (-0,5%) ; 28 banques baissent le prix de ce type de carte ; 7 banques l’augmentent.

Cette évolution confirme une tendance marquée depuis plusieurs années : la carte à débit différé (carte de crédit), qui offre un service supplémentaire, est facturée en général plus cher que la carte à débit immédiat ; mais l’écart de prix tend à se réduire (seulement 1,90€ de différence en 2019, contre 2,40€ en 2018). Il s’inverse même dans une quinzaine de banques qui facturent désormais la carte à débit différé moins cher que la carte à débit immédiat.

Les frais de dépassement de découvert

Les frais de dépassement de découvert, qui représentent un tiers des frais, restent stables : les Français paient en moyenne 72,50€ de frais de dépassement de découvert, soit 10 centimes de plus qu’en 2018 ; après avoir fortement baissé en 2014 du fait du plafonnement par la loi des commissions d’intervention, les frais de dépassement de découvert ont ensuite progressé chaque année car beaucoup de banques se sont progressivement alignées (à la hausse) sur le plafond de 8€ par opération. Les banques 100% en ligne comme Boursorama Banque, Fortuneo, Hello bank! et ING ne facturent pas de commission d’intervention. En revanche, seules 2 banques nationales facturent en dessous du plafond légal : la Banque Postale (6,90€), le Crédit Mutuel Maine-Anjou Basse-Normandie (7,65€). La lettre d’information pour compte débiteur non autorisé augmente quant à elle de 0,5% en 2019. Son prix moyen passe de 9,60€ à 9,65€.

Commentant ces réalités, Laure Prenat observe : « les banques ont tendance à préférer la vente d’une carte à débit différé versus ; une carte à débit immédiat, car elles gagnent davantage avec les cartes à débit différé. En effet, la commission d’interchange reversée par le commerçant dans ce cas-là est supérieure (0,30% versus 0,20%). Nous constatons donc chez Panorabanques que la cotisation des cartes à débit immédiat augmente alors que celle des cartes à débit différé baisse. »

Malgré la concurrence, le prix des opérations à l’étranger augmente légèrement en 2019. Pour 1 000€ dépensés à l’étranger (5 retraits de 100€ et 2 paiements de 250€), les Français paient en moyenne 40,80€ à leur banque. En 2018, ce chiffre était de 40,70€ soit une hausse modérée de 0,10€ (+0,2%) ; 21 banques augmentent le prix de cette ligne tarifaire contre seulement 9 baisses. A en croire Laure Prenat, « en 2019, la facture bancaire sera moins salée qu’elle ne l’était en 2018 : 2€ de gagnés ! C’est certes un petit gain pour le pouvoir d’achat mais une bonne nouvelle car c’est un renversement de tendance après 3 années de hausses. Attention au retour de bâton : privées de hausse par le gel des tarifs, les banques pourraient être tentées de se rattraper en 2020. Malgré cette baisse, la facture reste élevée : 215€ en moyenne par an ! Et les écarts entre les banques sont toujours importants. Les prix peuvent varier du simple au triple. Les Français doivent rester vigilants sur ce que leur coûte leur banque et comparer les différentes banques entre elles. C’est le bon moment pour changer de banque, car un nouveau frein à la mobilité bancaire vient d’être levé. Il y a quelques jours, les règles ont changé : les banques ne peuvent plus obliger leurs clients à domicilier leurs salaires en contre-partie d’un prêt immobilier.

2019 apporte également son lot de nouveautés sur le plan des services. Depuis peu, les banques proposent notamment le virement instantané, une fonctionnalité qui permet de virer des fonds en quelques secondes. C’est une belle avancée pour les clients des banques qui sont appétents pour les services bancaires innovants, comme le montre le succès des banques mobiles. Seul bémol : ce service a un coût. Une nouvelle ligne tarifaire à surveiller !

Pour Laure Prenat, « en 2019, Panorabanques inclut pour la première fois les frais à l’étranger dans son étude annuelle. L’étude des tarifs révèle des écarts très importants d’une banque à l’autre. Pour une même opération, les clients de la banque la plus chère paieront jusqu’à 6 fois plus que les clients de la banque la moins chère ! Si vous voyagez souvent, ouvrir un compte dans une banque en ligne ou dans une banque mobile fait sens. Les premières ne facturent aucun frais fixes. Les secondes ont fait des frais à l’étranger leur produit d’appel. On pense notamment à Revolut, N26 ou l’offre Chrome de Nickel. »

Méthodologie :

Panorabanques a analysé l’évolution des tarifs de 151 banques de France Métropolitaine, présentant plus de 95% de part de marché. L’étude porte sur l’analyse détaillée de 196 lignes tarifaires et de 449 packages bancaires. La comparaison s’effectue entre les tarifs en vigueur en mars 2019 versus mars 2018. Ainsi, toutes les modifications de tarifs dans le courant 2018 sont comptabilisées dans cette étude. Le profil du « Français moyen » a été établi à l’aide des comportements déclarés par les personnes ayant effectué une comparaison bancaire sur Panorabanques en 2018. 8 profils ont été établis. Ils ont été redressés grâce aux données de l’Insee (tranches d’âge et catégories socioprofessionnelles) pour être représentatifs de la population française de 18 à 65 ans. Les moins de 18 ans et les 66 ans et plus, en nombre insuffisant pour garantir une représentativité nationale, ont été exclus de l’étude.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine