Selon l’enquête de PwC, le marché secondaire consacré à la cession de portefeuilles de créances en Europe devrait atteindre 100 milliards d’euros en 2015. Quant aux  transactions déjà engagées, elles s’élèvent à 40 milliards environ.

Selon cette enquête trimestrielle, les experts «  Portfolio Advisory Group » de PwC révèlent que la valeur faciale totale des portefeuilles de créances cédés en 2014 a atteint 91 milliards d’euros, soit une embellie de 27 milliards en un an.

Plus généralement, l’an dernier, cette enquête montre que les transactions ont été dominées par le segment des prêts immobiliers commerciaux. A eux-seuls, ils représentent totalisent plus de la moitié du volume soit une valeur faciale de 49 milliards, contre 18 milliards en 2013. La deuxième position est occupée par les créances hypothécaires relatives aux particuliers : ils atteignent 20 milliards d’euros, soit le double de l’an dernier. Et Les marchés britannique, irlandais et espagnol ont été les plus actifs : les banques basées dans ces trois pays ont représenté plus de 75 % des transactions.

Pour Hervé Demoy, associé PwC,  « […] le marché des portefeuilles de créances s’est vraiment animé en 2014. L’incertitude croissante sur la valeur et le prix de certains actifs a entretenu une demande élevée de la part de plusieurs grands investisseurs financiers et la disponibilité accrue des lignes de financement a contribué à gonfler le volume de transactions. Les actifs adossés à des biens immobiliers continuent d’avoir les faveurs des principaux investisseurs et nous nous attendons à voir cette classe d’actifs continuer à dominer les transactions en 2015. » Et d’ajouter : « L’Asset Quality Review (AQR) réalisé par la BCE a mis en lumière 136 milliards d’euros de créances bancaires douteuses. Si cette revue de la qualité des actifs des banques européennes a pu partiellement influer sur certaines transactions en 2014, je pense que certaines banques européennes, suite aux conclusions de l’AQR, vont mettre en vente leurs portefeuilles de créances considérés comme non stratégiques et que cela animera le marché des transactions en 2015 et au-delà. »

Autre enseignement, les banques détiennent encore plus de 2 000 milliards d’euros de crédits non « core ». Si elles peuvent en refinancer une grande partie dans le cadre normal de leurs activités, il en est autrement pour une quantité non négligeable de ces créances, qui devra à terme être cédée. En fait, le marché des portefeuilles de créances devrait donc rester florissant pour de nombreuses années, même avec les volumes actuels de transaction.

Selon Hervé Demoy,  « l’observation de la répartition géographique actuelle des transactions nous permet de prédire les marchés qui devraient être les plus actifs à court et moyen terme. L’Irlande, l’Espagne et le Royaume-Uni devraient rester très actifs cette année mais il est probable que la croissance viendra de certains pays comme l’Italie, les Pays-Bas ou encore les pays d’Europe centrale et d’Europe de l’Est où un nombre important de portefeuilles sont actuellement en cours de cession. Ces derniers représentaient moins de 10 % du volume des transactions en 2014 (9 milliards d’euros) et nous nous attendons à voir ce volume doubler de taille en 2015, pour atteindre environ 20 milliards d’euros. Le marché reste dominé par les grands investisseurs financiers, qui sont tous fortement impliqués dans ces transactions et investissent également dans des plateformes de recouvrement. De nombreux investisseurs se tournent vers les pays européens émergents afin d’échapper à la forte concurrence qui règne sur les marchés britannique, irlandais ou espagnol. »

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine