La huitième mouture du panorama des systèmes d’information de gestion de risques (Sigr) est dans les Bacs. Avec une particularité : la prise en compte du retour d’expérience des Risk managers et des besoins de leurs hiérarchies.

Outre la présentation désormais habituelle des différents Sigr du marché, le panorama de l’Amrae sur les systèmes d’information de gestion des risques innove cette année. Le paramètre nouveau consiste en la prise en compte des points de vue de Risk managers obtenus dans le cadres d’entretiens ad hoc. Ces professionnels ont fait état de quelque déception sur la fonction de paramétrage, fonction importante s’il en est, car elle permet d’adapter l’outil aux réalités de l’entreprise. En revanche, ils se montrent satisfaits sur la richesse de la couverture fonctionnelle et de la simplicité d’utilisation.

Quid de l’intégration de ces composants dans le système d’information ? Les gestionnaires de risques mettent en avant la difficulté de les interfacer avec d’autres applicatifs. En clair, ils attendent davantage de flexibilité sur ce point. Mais à la faveur de la disparition progressive des silos applicatifs, ils plébiscitent les Sigr capables de couvrir l’ensemble des fonctions de l’entreprise.

A l’heure où l’achat des composants informatiques se démocratise dans les entreprises et que des directions autres que celle des systèmes d’information jouent de plus en plus un rôle important en la matière, les commanditaires de ces outils se multiplient en interne : l’audit, le contrôle interne et Risk managers, sans oublier les DSI et les DG qui remontent dans la chaîne de décision sachant que le Sigr devient un outil de la transformation d’entreprise. Un enseignement qui apparaît comme principal cette année. Quant aux boards, ils privilégient une demande d’approche plus dynamique et plus quantitative des risques, en euros.

Le retour des Risk managers, après implémentation, affiche également des points intéressants : le partage des données comme atout, tout comme la transversalité entre les départements et les analyses croisées ainsi que l’harmonisation des pratiques et reportings. Enfin, sur les thématiques les moins attendues (intelligence économique, audit) les quelques déceptions qui apparaissent doivent être relativisées sachant que les Risk managers ne gèrent pas tous ces thèmes (notamment l’audit interne).

Autres enseignements, pour 68 % des cas, les entreprises exploitant un Sigr sont de grandes structures, multinationales et multi-sites ; quant aux ETI, elles démarrent l’acquisition d’un Sigr par quelques fonctionnalités sur les gains d’efficacité, etc. Cela étant, acquérir un Sigr appelle chez l’ETI une idée de risk management à mettre en place.

Enfin, les perspectives d’évolution sont multiples : des outils plus intégrés, le renforcement de l’analyse de données, le reporting et la business intelligence plus performants, une meilleure intégration entre les applications métiers et les Sigr (ex modélisation financière), une ouverture sur la mobilité, etc.

En définitive, le cru 2016, huitième du genre, place le débat sur la transformation digitale, un tournant/enjeu que ne saurait rater le Sigr. En fait, il doit être capable de capter la donnée et de la mettre à la disposition de tous les décideurs : DG, Conseil d’administration, comité d’audit, etc.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine