Les premiers mois de l’année 2013 poussent à parler d’une reprise sur le front de l’assurance vie. L’ancien placement préféré des Français serait-il en train de renaître de ses cendres quand tout le monde parlait encore récemment de le nécessité de la réinventer ?

L’actualité de l’assurance vie est marquée par la publication du rapport de Karine Berger et Dominique Lefebvre. On le sait, les deux parlementaires proposent la relance de l’épargne longue investie en supports actions et obligations d’entreprise. Dans ce contexte, ce placement choisit d’afficher des résultats trimestriels fort encourageants. Ce qui, selon Philippe Crevel, Secrétaire général du Cercle des Epargnants, prouve, si besoin était «  qu’il n’y a pas de divorce entre ce produit et les Français mais qu’il y a moyen de faire mieux et plus pour soutenir les entreprises ».

Les chiffres du mois de mars laissent apparaître une collecte nette de 0,6 milliard d’euros. Tout au long de cette période, la collecte nette est de 6,7 milliards d’euros. Parallèlement, le Livret A et le Livret Développement Durable ont collecté 16,05 milliards d’euros dont 2,79 milliards au titre du mois de mars. La collecte brute a été de 9,8 milliards d’euros en hausse de 5 % par rapport à mars 2012. Depuis le début de l’année, le montant des cotisations perçues a été de 33,5 milliards d’euros en progression de 6 %. Toutefois, sur un an, les cotisations demeurent en recul de 3 %. La prudence reste donc de mise. « Il faudra [jauger] les résultats sur le second trimestre pour analyser l’impact de la récession sur les épargnants. Le Gouvernement espère toujours une diminution de l’épargne pour soutenir la consommation », indique le Secrétaire général du Cercle des Epargnants. Et d’ajouter : «  Par rapport à 2012, la rupture au niveau des résultats de l’assurance-vie s’explique par les prestations qui baissent de 12 % en mars 2013 par rapport à mars 2012 et de 20 % sur le premier trimestre par rapport au trimestre correspondant de 2012. Les prestations ont été de 9,1 milliards d’euros au mois de mars soit 800 millions de moins que la moyenne mensuelle de l’année dernière. Sur le premier trimestre, les prestations se sont élevées à 26,8 milliards d’euros. Sur un an, la chute est de 10 % ».

Comment expliquer la diminution des rachats ? Par la nette accalmie du marché de l’immobilier et par une normalisation de la situation financière de la zone euro. Les Français acquièrent moins de biens immobiliers et ont ainsi une moindre nécessité de retirer de l’argent de leurs contrats d’assurance-vie. Dernière remarque,  la proportion des unités de compte (UC) progresse avec 1,6 milliards d’euros soit 16 % des cotisations. Sur le premier trimestre, leur part est de 14 %. Ce qui motive Philippe Crevel à considérer que, « la baisse semble enrayée témoignant d’un retour de la confiance des épargnants vis-à vis des placements “actions” ».

Photo: FreeDigitalPhoto.net

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+


Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine