Faire passer la pilule. Dans l’assurance comme dans le monde bancaire, il est de bon ton de rappeler les opportunités sous-jacentes à chaque chantier obligatoire. La DSN n’échappe pas à cette tradition. Pour autant, constitue-elle une réelle aubaine pour les entreprises de ces deux marchés ?

Le passage à l’an 2000 des systèmes d’information avait été l’occasion pour certains de présenter un tel chantier comme une opportunité pour retro-documenter les programmes concernés et faire le ménage dans les patrimoines applicatifs. Quinze ans après, force est de constater que les applications sont encore truffées de bon nombre de tares dont la principale est la mauvaise qualité des données. Que dire des travaux règlementaires ? Solvabilité 2 et Bâle 3 : des opportunités ? Demandez aux premiers intéressés, qui, à force de mettre la main à la poche et à la pâte, ont fini par monter au créneau pour dénoncer les pressions dont ils sont l’objet, dans le cadre de travaux en la matière. En fait d’opportunités, ils voient arriver une cohorte d’exigences insoupçonnées  (certaines issues parfois de la Soft law que crée l’ACPR,  qui interprète parfois certaines dispositions sans commune  mesure avec le regard des acteurs).

Depuis quelque temps, la perspective de l’entrée en vigueur de la Déclaration sociale nominative (DSN) n’échappe pas au couple exigence/opportunité. Il est vrai, la tentation est grande de verser dans un tel confort intellectuel et dans une telle idée politiquement correcte. D’autant que le bateau des chantiers est plein à ras bord et que les entreprises renâclent face à un Etat qui charge. Dans un tel contexte, rappeler les opportunités potentielles d’un tel projet supplémentaire permet certainement de faire passer plus facilement la pilule. Et des opportunités théoriques, il y en a. Car, en mettant en place cette approche dématérialisée, l’entreprise remplace ses 25 déclarations historiques par une seule, pour une fréquence unique. Le temps gagné  est recentré sur des tâches à valeur ajoutée. En assurance collective, la DSN donne ainsi l’opportunité au porteur de risques d’apporter aux salariés des entreprises clientes des services plus personnalisés et un règlement des prestations plus accéléré, du fait d’une meilleure fluidité de l’information.

En fait, ce chantier est l’un des plus critiques en matière de traitement de cette véritable manne de la banque et de l’assurance qu’est la donnée. Au point que la matinale organisée par Optimind Winter sur la DSN a souvent accordé la part belle à cette thématique. Ainsi, un groupe de protection sociale, qui y intervenait a, pour poser les jalons de son projet, mis en place un entrepôt de données dédié. Du coup, l’opportunité pour les uns et les autres ne serait-elle pas de profiter de la DSN pour passer à l’autre chantier du moment qu’est le Big data, terrain sur lequel les porteurs de risques jouent les attenstistes ?

Quoi qu’il en soit, si intégration de la DSN semble rimer avec opportunité, il faudra investir dans ce sens, avant de parler de Retour sur investissement (ROI). L’Etat, qui a compris la nécessité de simplifier les déclarations sociales, y investit déjà en mobilisant une MOA Stratégique (MOAS). Et compte gagner quelques points de PIB à travers une telle modernisation. Pour les porteurs de risques, le ROI sera probablement calculé, dans un premier temps, en termes de qualité de service rendu aux assurés collectifs et, dans une moindre mesure, en matière de maîtrise des coûts introduite par la dématérialisation. C’est déjà ça, comme dirait trivialement mon voisin.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine