En ce siècle numérique, le carburant tout trouvé porte un nom : la donnée. Une mine qui s’est formée au fil des ans et poursuit sa sédimentation en fonction de nos (ré)actions. Si elle est née des actions de tout le monde, elle ne profite qu’à très peu. La société Data driven n’appartient qu’à ceux qui la maîtrisent.

Tel l’eldorado, la société où la donnée règne en maîtresse ne profite et ne profitera pas à tout le monde. Là où les vendeurs de Jeans se sont enrichis, les acteurs de gestion de l’infrastructure de la donnée pourraient se faire des ressources en or, ou plutôt, en diamant. On le voit déjà sur le marché qui est pourtant irrigué par chacun de nous, que les gagnants sont les acteurs qui ont fait de cette mine leur fonds de commerce. Ils sont nombreux, certains parmi votre banque ou votre assurance préférée. Mais disons-le tout de go, potentiellement, chaque personne qui prend le temps de s’organiser peut faire de la donnée une denrée potentiellement riche. Du coup cette richesse qui a longtemps été incontrôlée, passe depuis peu, sous le contrôle de l’autorité compétente. La nouvelle règle, en l’occurrence GRPD, annonce la couleur et montre que désormais, recueillir, héberger et gérer la donnée se fait sur certaines bases. Il n’est plus possible de se livrer à un pillage sans scrupule d’un tel diamant, sans tomber sous le coup de la réglementation européenne. Cela coûtera cher.

Car outre le fait d’avoir été cyber-pillée, la société devra en outre protéger les données de ses clients, le cas échéant, il tomberait sous le coup de la loi en la matière. Si la sensibilisation semble être de mise sur le marché, le passage à l’acte reste, pour l’heure, une vue de l’esprit.

Les rapports qui se succèdent montrent bel et bien que le risque est évident de voir ses données violées à tout moment, que l’on soit le plus grand comme le plus petit. Et les hackers, conscients de cette vulnérabilité, ne cessent de se livrer à des attaques toujours aussi fortes les unes que les autres. Dans les colonnes de nos journaux, on peut lire les œuvres de cybercriminels qui, en plus, se livrent à du super-chantage. Selon les résultats de Trend-micro pour l’an dernier, le chantage sur les données personnelles a connu une poussée plus qu’exponentielle, de 29 actes à 246. Un business manifestement rentable. A l’instar des chantages dans la vie réelle, ceux dans le domaine de l’informatique semblent rapporter gros. Et du coup, une telle activité devrait avoir de belles perspectives cette année. A moins que la loi sur la protection de la donnée vienne accélérer le verrouillage des infrastructures informatiques. Mais jusqu’à quel niveau ?

Car certainement, il n’existe pas de système sans faille. Mais semble-t-il, cette faille-là a aujourd’hui pour nom le collaborateur. Le former et le sensibiliser sur la nécessité de gérer les règles de base, changer régulièrement son mot de passe, le protéger, etc.), constitue l’une des assurances plus efficaces. Combien vaut-elle ? Une belle formation et une régulière information. En somme, elle est avant tout culturelle et devrait être cultuelle pour limiter les grands scandales que l’on a enregistré ces dernières années dans la violation des données, ce diamant du 21ème siècle dont certains sont passés maîtres en matière d’extorsion. Et cela ne fait que commencer.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine