Le propre des copies est souvent leur caractère édulcoré. Celle de Samsung a l’air de déjouer cette règle pourtant bien confortée. Au point d’inquiéter le grand, le géant et le maître prétendument incontesté, Apple. Vous l’aurez devinez. Pour avoir triché, selon une sentence américaine, le géant sud-coréen devra débourser 1 milliard de dollars.

Notre rédaction vous l’avait promis, la guerre du mobile aura bien lieu. Pour l’heure, elle embrase les deux principaux fabricants de ces composants, Apple et Samsung. Le premier accuse le second de plagiat. La justice lui donne gain de cause. Avec, en prime, 1 milliard de dollars de dommages et intérêts à verser à son concurrent. Au motif que le condamné aurait violé les brevets de la firme à la pomme. Un peu chère la copie, surtout quand on sait que toute le monde, ou presque, se copie, quel que soit le secteur donné. N’allez pas me faire un procès en apologie de la facilité. Regardez plutôt autour de vous. Et vous serez surpris. A commencer par votre propre look. En cette rentrée aux airs d’été indien, toutes les dames affichent une mine bronzée et des tenues qui se ressemblent, à quelque excentricité près. Que dire de certains jeunes de plus en plus nombreux dont « les baggies » dévoilent l’arrière-train, à l’instar d’un Mick Jagger des années 60, la classe en moins ? Oui, oui, souvenez-vous ! Quant aux modèles d’automobiles, ils se ressemblent tous, la forme incurvée étant pour elles ce qu’est le tactile chez Samsung et son rival Apple. Elles l’arborent toutes sans que leur constructeur ne débourse un kopek auprès du concurrent (in)connu mais copié. En balayant devant notre porte, celle de la presse, nous constaterons bien des surprises tant les thèmes abordés se ressemblent de plus en plus, d’un journal à l’autre, avec toutefois, reconnaissez-le, un ton toujours différent chez quelque puriste. Suivez mon regard modeste.

Du côté de nos modèles que sont les banques et les assureurs, la peinture que nous en faisons est somme toute sans aspérité. Les produits sont les mêmes. Au moins pendant six mois, le temps d’être copiés par le voisin d’en face. Impunément. Signe des temps, les applications développées sur Smartphone se ressemblent à s’y méprendre. A tout le moins dans leur couverture fonctionnelle. Pensez-vous qu’il viendrait une seule seconde à l’idée du porteur de risques ayant développé la première solution de M-Assurance d’en déposer un brevet ? Sauf dans l’empire du rêve.

Plus sérieusement, copier est illégal. S’inspirer de ses concurrents ne l’est pas. Selon le juge américain, Samsung est dans le premier cas. Résultat : 1 milliard d’amendes mais surtout un effondrement de son action dans la foulée. Du jamais vu, depuis quatre ans, chez le constructeur. Alors messieurs les copieurs, le risque de se faire prendre est certes limité. Mais la punition risque d’être lourde. Téléphonez à Samsung depuis votre Smartphone Galaxy, il vous le dira.

Bonne rentrée.

Emmanuel Mayega
Rédacteur en chef

 

La rédaction
A propos de l'auteur

Le magazine des systèmes d’information dans le secteur financier. Assurance & Banque 2.0 est dédié à l’intégration et à l’exploitation des technologies dans l’assurance, la banque et la finance.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine