Conformément à  cette enquête de FM Global, le risque de défaillance des équipements augmente avec des conséquences dramatiques et la connectivité accrue des équipements industriels les rend plus vulnérables aux cyber-attaques

Cette étude menée auprès de 200 cadres dirigeants révèle que le risque de défaillance d’équipements stratégiques est une préoccupation majeure pour 94 % des grandes entreprises. Il a augmenté ces cinq dernières années pour 43 % des sondés, alors que 29 % seulement estiment qu’il a diminué sur la même période.

En 2018, le bris de machine était responsable de 28 % des sinistres. Un chiffre qui s’élève à 70 % dans les industries à haut risque (chimie, énergie, papeterie…). Forte de ce constat, FM Global a lancé au printemps dernier une campagne de recrutement de 60 ingénieurs expérimentés pour renforcer son équipe dédiée à la prévention des sinistres liés aux équipements (chaudières, turbines, groupes électrogènes, transformateurs, réacteurs chimiques, compresseurs, machines à papier…). La compagnie disposera à terme de plus de 250 ingénieurs spécialisés.

Selon Brion Callori, vice-président senior, responsable de l’ingénierie et de la recherche chez FM Global. « Le bris de machine rivalise désormais avec l’incendie en termes de fréquence et de gravité des sinistres, et expose les entreprises à un risque d’interruption d’activité à court terme et à des répercussions financières sur le long terme. »L’impact financier d’une défaillance d’équipement stratégique peut être dramatique pour une entreprise. Plus de la moitié des cadres dirigeants interrogés redoutent en premier lieu une baisse du chiffre d’affaires/des résultats. 75 % des sondés ont également indiqué que leur entreprise mettrait au minimum plusieurs mois à se relever financièrement de ce type de défaillance, et jusqu’à plusieurs années pour 14 % d’entre eux.

Pour ces mêmes cadres dirigeants, la défaillance d’équipements stratégiques s’explique surtout par l’augmentation des équipements en exploitation (53 % des sondés), la forte demande due au dynamisme économique (45 %) et le vieillissement des équipements (42 %). Seuls 39 % considèrent qu’une maintenance insuffisante peut être en cause. Pourtant, en 2018, 62 % des sinistres liés au bris de machine étaient dus au défaut de maintenance, ce qui représentait les trois quarts des indemnités versées pour ce type de sinistre. Le facteur humain, notamment le manque de formation des opérateurs, avait joué un rôle important dans près de la moitié des sinistres équipements.

84 % des cadres dirigeants interrogés sont fortement préoccupés par le risque de piratage, dans la mesure où 96 % de leurs systèmes de contrôle-commande industriels sont connectés à Internet et pourraient donc être victimes de cyber-attaques. Dans ce contexte, FM Global est un des premiers assureurs à proposer l’évaluation des systèmes de contrôle-commande industriels dans le cadre des visites de prévention régulières réalisées sur les sites de ses clients. L’évaluation porte aussi bien sur les infrastructures et procédés stratégiques que sur les systèmes de gestion technique des bâtiments.

Enfin, selon Malcolm Roberts, vice-président exécutif de FM Global, « les cadres dirigeants perçoivent la défaillance d’équipements stratégiques comme un risque majeur, et ils ont raison », « Le dynamisme de l’économie, l’important renouvellement des équipes techniques et l’explosion de la cybercriminalité devraient inciter chaque entreprise à identifier immédiatement ses vulnérabilités potentielles. »

Méthodologie :

L’enquête a été menée en septembre 2019 par Engine Group, à la demande de l’assureur. Engine Group  a contacté 200 cadres dirigeants qui supervisent au niveau groupe l’exploitation des équipements ou la gestion des risques associés au sein d’entreprises nord-américaines affichant un chiffre d’affaires supérieur à 1 milliard USD. La grande majorité de ces sociétés figure au classement Fortune 500, dans différents secteurs d’activité.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine