Les entreprises trépignent d’impatience tant elles auraient aimé à continuer leur vie d’utilisateur de crypto-monnaie pour ainsi dire incognito. Mais la planque derrière la notion de crypto semble voler aux éclats. Et avec elle, est-ce la fin d’un eldorado caché, une place dans le monde de l’under Web ?

Comme toute nouvelle structurelle qui risque de changer la donne, celle de la technologie qui permet d’identifier les utilisateurs de bitcoins est arrivée, sans crier gare ! Pourtant, ce véritable coup de pied dans la fourmilière introduit par IDNOW risque de remettre en cause la montée en puissance d’une zone de non droit qui se fortifiait devant nous. Certes, nous avons applaudi cette idée pour le consommateur de disposer librement de ses avoirs sans se justifier pour quelque raison que ce soit ! A l’heure du GRPD généralisé en Europe, signe que l’on entend lutter contre l’utilisation abusive des données personnelles, l’on demande à révéler l’identité des détenteurs de crypto-monnaie qui n’auront de crypto que la technologie désormais.

La loi LBT/FT sur la lutte contre le terrorisme est passée par-là ! une brèche ouverte par les instances de régulations qui ne faisaient pas d’économie de critiques à l’heure où les cours en Bourse des crypto-monnaies s’envolaient à donner le tournis (une volatilité incontrôlée, faut le reconnaitre). Mais est-ce que l’avènement de la technologie qui permet de décrypter l’identité des détenteurs de crypto-monnaies signifie-t-elle la fin du secret et peut-être des crypto-monnaies ? Rien n’est moins sûr ! En revanche, la façon de traiter les crypto-monnaies au regard de la loi a désormais des outils qui permettent de border un terrain apparemment devenu une zone de non-droit ! Si les investisseurs n’aiment pas en général, il se trouve qu’ils ont adoré cette absence de règlementation qui se fait attraper petit à petit par l’ordre préétabli ! Que faisons-nous ? Appeler à la rébellion ou applaudir. Nous renvoyons dos-à-dos les deux postures.

Mais en tant qu’organe de presse, nous ne pouvons qu’attirer l’attention des lecteurs et lectrices sur la nécessité de rester vigilants. Et force est de constater que les crypto-monnaies sont particulièrement objets de fraudes. Potentiellement. Même si théoriquement, les transactions effectuées dans la blockchain, architecture qui la sous-tend peuvent être vues par tous les pairs (peers). Mais force est de constater que les utilisateurs ont la possibilité de rester anonymes, si rien les oblige à s’identifier. L’éditeur IDNow, qui lance la solution de décryptage, Crypto-Ident, en l’occurrence, reconnaît que « les tentatives frauduleuses lors du processus d’inscription, estime que le taux de fraudes sur le nombre de comptes ouverts serait quatre fois plus élevé que dans le secteur bancaire traditionnel ! Pour limiter cette tendance, bon nombre de crypto-traders s’appuient sur le principe du Know your customer (KWC). Ainsi, chaque fois qu’un ICO ou plate-forme de crypto-trading sont soumis à la législation anti-blanchiment, ils doivent être obligés, par la loi, d’identifier leur client. La cause est entendue !

Au moment où nous publions cet édito, nous savons qu’il existe donc un besoin réel sur le marché au regard de la loi mais seule l’observation dira quel sera l’usage que le marché en fera. Comme toute innovation, souhaitons-lui, à notre corps défendant, un bon accueil du public. Mais allons plus loin et posons-nous la question de savoir si à travers elle, IDNow n’a pas entonné le chant du cygne des crypto-monnaies. Ce serait sous-estimer la lame de fond portée par une dynamique juvénile, fût-elle vénéneuse. C’est la fin du pseudonymat ! bonjour la transparence.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine