L’enquête conduite à la demande de l’éditeur révèle la mainmise des services informatiques sur les données, ce qui compliquerait la valorisation des informations au sein des entreprises.

A en croire cette étude, « l’accès aux données les plus précieuses des entreprises est si restreint que même les cadres supérieurs ne disposent pas toujours des informations nécessaires pour prendre les meilleures décisions. Seuls 46 % des dirigeants interrogés en Europe et en Amérique du Nord ont accès aux données stratégiques de leur entreprise ; ce faible score proviendrait, en grande partie, de la mainmise des départements IT sur les données. »

Autre enseignement, 68 % des personnes interrogées sont convaincues que les informations précieuses peuvent être facilement accessibles par tous ceux qui en ont besoin. Les résultats de cette enquête le soulignent : « la grande confusion et l’incohérence entre les fonctions montrent que ce n’est souvent pas le cas. Dans deux tiers des entreprises interrogées, le personnel doit passer par les services informatiques pour accéder aux informations précieuses. Pourtant, pour 46 % des structure, la DSI n’y a même pas accès, rendant évidemment plus difficile pour elle, de transmettre l’information à d’autres fonctions. » En revanche, 4 % seulement des entreprises étudiées généralisent cet accès à tout le personnel. Là où l’accès aux données précieuses n’est pas contrôlé par le service informatique, cette proportion atteint 10 %.

Selon Edward Hladky, Président-directeur général d’Iron Mountain France, « extraire toute la valeur de l’information dépend de l’octroi du droit d’accès aux bonnes personnes, y compris pour accéder à des informations précieuses. L’identité des gardiens de ces informations peut se révéler cruciale dans la façon ou l’information est autorisée à circuler librement entre ceux qui sont les mieux placés pour l’utiliser au bénéfice de l’entreprise. » Et d’ajouter : « le service IT joue un rôle vital dans la protection et la gestion de l’information, mais la dynamique a changé. Les entreprises doivent maintenant trouver un équilibre entre la nécessaire gestion des informations pour se prévenir des risques et pour en extraire toute sa valeur. Les entreprises – et leurs services informatiques – doivent faire en sorte que les employés les mieux placés puissent accéder à l’information, quand ils en ont besoin, pour atteindre les objectifs commerciaux. Ceci peut nécessiter de “dépersonnaliser” des données, pour les protéger, avant de les rendre disponibles pour les analyser. Ne pas avoir une stratégie de contrôle d’accès peut rapidement conduire le personnel à mettre en place des solutions de contournement, alors non autorisées et non protégées, pour trouver ce dont ils ont besoin “.

Les résultats obtenus dans le cadre de cette enquête ont servi à produire un indice sur la valeur des informations : Information Value Index. Il mesure comment les entreprises de différents pays s’y prennent actuellement, pour mettre leurs informations à profit et soutenir leur compétitivité. Le baromètre de l’efficacité des approches de gestion de l’information qui en est issu vise à aider les entreprises à identifier les mesures concrètes envisageables pour mieux exploiter leurs informations.

Iron Mountain et PwC ont interrogé 1 800 dirigeants d’entreprise de nombreux secteurs (énergie, services financiers, services juridiques, fabrication et ingénierie, santé (USA uniquement), assurances, laboratoires pharmaceutiques), en Amérique du Nord (USA et Canada) et dans cinq pays européens (France, Allemagne, Espagne, Pays-Bas et Royaume-Uni). Les réponses obtenues aux 36 questions de cette étude ont été utilisées pour élaborer l’indice sur la valeur des informations. PwC et Iron Mountain considèrent que les questions de l’étude représentent les capacités d’organisation (gouvernance et culture) et les moyens techniques (compétences et outils) à réunir pour transformer l’information en avantage, ainsi que les bénéfices à en retirer.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine