L’assureur direct prévoit une croissance de plus de 10 % de son chiffre d’affaires pour l’année 2012. Une bonne santé que devra entretenir le successeur d’Yves Masson : Godefroy de Colombe.

Vingt ans d’existence et la bonne santé en bandoulière. Ainsi peut se résumer la situation de Direct Assurance. Sur fond de changement de PDG, la filiale de vente directe du groupe AXA annonce un chiffre d’affaires prévisionnel en hausse de plus de 10 % pour l’année en cours. En fait, Yves Masson, patron sortant, remet entre les mains de Godefroy de Colombe, son successeur, une société à l’âge d’or bien portante. Il aura fallu une lutte de longue haleine pour cet acteur spécialiste de la vente de contrats d’assurance par téléphone et à travers Internet pour être rentable. Un statut atteint l’an dernier.

En 2011, l’assureur affichait un chiffre d’affaires en hausse de 5,5 %, à 287 M d’euros. L’équilibre consommé, il entend poursuivre son expansion. Et prévoit de doubler son chiffre d’affaires en 2012 là où le marché peine en annonçant une embellie de 3 % uniquement. Parmi ses armes, le recours aux comparateurs, un canal que rejette pourtant le groupe, du fait de l’approche de ces plateformes exclusivement centrées sur le tarif, la comparaison de services étant généralement évacuée.

Précédemment responsable des opérations d’AXA Global Direct, une structure qui regroupe les sociétés d’assurance directe du groupe dans huit pays (Belgique, France, Espagne, Portugal, Pologne, Italie, Corée et Japon, ndlr) Godefroy de Colombe a une bonne vision européenne de l’assurance directe. Selon le nouveau PDG de Direct Assurance, la France devrait progressivement s’adonner à cette pratique. A la différence du Royaume Uni, où elle génère 70 % de contrats, elle pèse pour le moment uniquement 3 % de ce côté-ci de la Manche. Toutefois, elle gagne peu à peu du terrain, sous l’impulsion des comparateurs. Dans ce contexte, Direct Assurance entend profiter davantage de la banalisation des achats sur le Net pour engranger de nouvelles parts de marché.

En complément, pour améliorer ses résultats, Direct Assurance envisage également d’optimiser ses processus et tout particulièrement ceux de gestion de sinistres. Ce qui lui permettra d’augmenter son taux de satisfaction client. Et d’atteindre un ratio combiné de 96 % à l’horizon 2015, contre 102 % actuellement, comme le prévoit le plan Ambition AXA.

Emmanuel Mayega ©CAPA Conseil

Crédit : FreeDigitalPhoto.net

 

La rédaction
A propos de l'auteur

Le magazine des systèmes d’information dans le secteur financier. Assurance & Banque 2.0 est dédié à l’intégration et à l’exploitation des technologies dans l’assurance, la banque et la finance.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine