Pour cet acteur, l’externalisation de moyens de gestion est devenue « incontournable » pour les organismes de l’assurance. Une nécessité dont il donne la vision dans un livre blanc.

« Déléguer la gestion de contrats d’assurance de personnes, d’assurance vie et retraite est devenu incontournable pour les organismes d’assurance afin d’optimiser la qualité de gestion et de la relation client, diminuer les coûts, réduire le délai de mise sur le marché et gérer des portefeuilles en Run off. » Tel est, en substance, le point de vue de BearingPoint qui vient de publier un livre blanc en vue d’aider les porteurs de risques à réussir un tel projet.

Intitulé « La délégation en assurance à la croisée des chemins », cette publication considère une pratique de plus en plus adoptée par les acteurs de l’assurance, et tout particulièrement en ces périodes de préparation à l’ANI. On le sait, beaucoup d’acteurs, et tout particulièrement ceux non spécialisés dans la gestion des assurances collectives, remettent une part de leur sort entre les mains de spécialistes du BPO (SG à Henner pour la gestion du back-office, Suravenir Assurances à Owliance, etc.).

Ce travail intègre des retours d’expérience concrets et s’appuie sur le témoignage d’acteurs dans les secteurs-clés de l’assurance (santé, prévoyance, assurance-vie et retraite). La vocation de ce livre blanc est de « donner aux organismes d’assurance des repères sur un marché de la délégation de gestion parfois difficile à appréhender, les facteurs clefs de succès pour conduire des projets de délégation mais aussi piloter une activité déléguée, ainsi que les perspectives de ce marché. Dans le même temps, cette étude tend à démontrer les transformations que doivent opérer les délégataires de gestion pour répondre aux besoins croissants de leurs clients et s’adapter aux contraintes réglementaires. »

BearingPoint part de l’analyse du modèle opérationnel des acteurs de l’assurance, et croise les attentes des clients avec leurs objectifs de rentabilité et de développement pour expliquer l’engouement pour le BPO. Selon ce cabinet,  [les assureurs] délèguent de plus en plus la gestion de leurs portefeuilles : « il s’agit d’un levier d’amélioration de la performance et de la satisfaction client, mais aussi, dans certains cas, d’un vecteur d’innovation. Si les évolutions réglementaires telles que l’Accord National Interprofessionnel, la transparence des frais de gestion, favorisent le développement de la délégation de gestion et attirent les convoitises, elles poussent également à davantage d’encadrement des activités déléguées. Ainsi, Solvabilité II contraint les organismes d’assurance à régulariser leurs relations avec les délégataires de gestion et à surveiller les opérations déléguées. La professionnalisation des activités déléguées est devenue incontournable pour l’ensemble des acteurs, aussi bien pour les organismes d’assurance que pour les délégataires de gestion. »

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine