Malgré les tentatives répétées des gouvernements d’accroître la concurrence dans le secteur de l’assurance emprunteur (lois Mucref, Lagarde, Hamon, Sapin II), les banques et bancassureurs par l’intermédiaire de la FBF (Fédération bancaire française) ont saisi le Conseil constitutionnel afin de contester la possibilité de résiliation annuelle des assurances de prêt.

 

Depuis le 1er janvier 2018, l’amendement Bourquin permet de changer de contrat à chaque date anniversaire de la signature de l’offre de prêt. Cette décision du Conseil constitutionnel vient ainsi confirmer l’ouverture du marché de l’assurance emprunteur jusqu’ici oligopolistique et anticoncurrentiel. En effet, les banques détiennent encore à ce jour 88% de la part du gâteau.

 

D’après un sondage réalisé par Magnolia.fr en novembre 2017 auprès de 10 000 propriétaires, 67 % des interrogés n’avaient pas connaissance de leur droit à la résiliation annuelle et 52 % souhaitaient en profiter afin de réaliser des économies. Si chacun d’entre eux sautait le pas, grâce à l’amendement Bourquin, ce serait en moyenne 3 000 € / an qui seraient redistribués à chaque propriétaire français. Un gain de pouvoir d’achat sans précédent pour les Français”.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine