Longtemps considérés comme moribonds face à la  technologie, les acteurs de la finance profitent de la transformation digitale pour égaler les autres secteurs d’activité en termes de réactivité dans ce domaine. Mieux, ils arrivent de plus en plus à leur tailler des croupières.

L’annonce des résultats du trophée eCAC 40 2015 est l’occasion de le souligner une fois de plus. Organisé par notre confrère Les Échos,  ce concours en matière d’innovation distingue le membre du CAC 40 le plus avancé dans le domaine du digital. Si l’an dernier la palme d’or revenait à un industriel, 2015 consacre le groupe AXA. Il est vrai, sur le théâtre de la transformation digitale, l’assureur est sur tous les fronts. Au-delà du marketing, difficile à isoler dans un contexte du tout digital, le groupe se transforme à vue d’œil grâce à un input, le digital, que tous les métiers considèrent désormais comme différenciant, convaincus par des clients désormais totalement connectés.

AXA serait-il pour autant le champion du digital dans l’assurance comme il l’est cette année-ci dans le CAC 40 ? Difficile à dire. Car en dehors du panel du journal Les Echos, le rythme de digitalisation de l’assurance est soutenu. De petite comme de moyenne taille, des entreprises ont plongé en apnée dans cet univers, ressortant tout transformées. Au service de l’assuré, elles lui proposent un parcours client digital de bout en bout et personnalisé. Une connaissance fruit des Big data. Et sur ce dernier point, malgré le mutisme des uns et des autres, beaucoup reste à faire. Y compris, pour AXA.  Mais ne boudons pas notre plaisir. L’assureur a su se montrer plus mordant digitalement que tous les autres membres du CAC 40. Y compris BNP Paribas, à quelques longueurs de l’assureur.

Corollaire de cette nouvelle, les observateurs ne pourront plus désormais montrer du doigt un secteur de l’assurance incapable de s’aligner sur l’état de l’art. Car longtemps équipés de mainframes et de terminaux passifs propriétaires, les assureurs peinaient à moderniser leurs environnements souvent construits au fil des temps, par empilage de couches hétérogènes. Comment toucher à sa machine de production sans mettre à mal le business ? Telle était la réponse, en guise d’interrogation. Peu à peu, la révolution du Web et la généralisation des technologies associées donnent à chacun la possibilité d’innover sans révolution complète. Ajouté à cela la transformation des mainframes qui s’ouvrent au Net, plus aucune excuse ne tient. Les sociétés d’assurance l’ont compris, qui multiplient les chantiers d’innovation. De sites web statiques et institutionnels aux plates-formes marchandes, du Minitel aux réseaux sociaux, ils ont franchi le cap, allant même jusqu’à tailler des croupières aux banques, plus réputées ouvertes à la modernisation technologiques.

Enfin, si la souplesse des composants web redistribue les cartes sur le terrain en démocratisant l’accès à l’innovation, la volonté de chaque entreprise et de ses managers  à plonger dans la transformation digitale constitue un atout marquant. De ce point de vue, la réussite d’AXA sur le digital revient à Henri de Castries et son équipe de management. Sans oublier ses équipes mobilisées sur ce thème.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine