L’étude passe en revue 80 Regtech (Regulatory Technology) européennes s’adressant à l’industrie bancaire. La majeure partie des Regtech se consacre à la gestion et au contrôle des identités. L’Asset Management est le secteur bancaire le plus visé par les entreprises Regtech. L’étude montre également qu’intelligence artificielle, Cloud et Big Data restent au cœur de l’innovation dans le secteur.

Pour mémoire, les Regtech, constituent de jeunes sociétés nourries aux nouvelles technologies qui révolutionnent le secteur de la finance en permettant aux banques d’optimiser leur mise en conformité avec des réglementations sans cesse croissantes.

Avec le développement du Cloud, du Big Data et de l’Intelligence Artificielle (IA), un sous-secteur de l’industrie technologique appliqué aux services financiers est apparu ces trois dernières années : la Regtech (Regulatory Technology). Combinant réglementation et technologie, ces nouvelles applications spécialisées dans la conformité ont pu émerger grâce à un secteur bancaire ayant à gérer de grandes quantités de données et à un régime réglementaire européen très strict.

Mais alors que les sociétés Regtech se multiplient, apportant des solutions intéressantes pour les banques en matière réglementaire, peu d’études avaient jusqu’à présent été consacrées à ce secteur naissant. Associé à AEC Fintech, le cabinet conseil en management Sia Partners a mené une étude auprès de 80 sociétés européennes de Regtech afin de mieux comprendre leur modèle économique, les types d’innovations technologiques sur lesquelles elles s’appuient et les différents services qu’elles peuvent offrir à leurs clients bancaires.

Pour compléter l’enquête, six entreprises européennes leaders dans le domaine de la technologie Regtech ont fait l’objet d’études de cas, basée sur des entretiens. Il s’agit de la suisse NetGuardians (lutte contre la criminalité financière), la britannique Eliptic (traçabilité des transactions Bitcoin), la luxembourgeoise KYC3.com (solutions de reporting) et les françaises Fortia Financial Solutions (automatisation des processus de conformité), Neuroprofiler (solution d’évaluation de la conformité) et Scaled Risk (analyse et reporting).

Les 80 entreprises européennes de Regtech analysées par l’étude couvrent huit sous-catégories correspondant à des enjeux de réglementation et de conformité cruciaux pour l’industrie bancaire : la gestion et le contrôle des identités, le reporting réglementaire, la gestion des risques, le suivi des transactions, la gestion de la conformité, le contrôle de la communication, la surveillance des marchés et les contrôles automatisés.

1 / Gestion et contrôle de l’identité en temps réel et en continu

Parmi les 80 entreprises Regtech étudiées, 27,2% se consacrent à la gestion et au contrôle des identités. Leurs solutions proposent de :

* créer des synergies à travers une base de données Blockchain partagée d’informations KYC (Know Your Customer : obligation pour les institutions financières de connaître leurs clients) entre les différentes filiales d’une même banque,

* identifier les profils biométriques comportementaux des utilisateurs en ligne,

* automatiser les contrôles KYC / AML (Anti-Money Laundering : lutte contre le blanchiment d’argent) en mettant en œuvre des API (interfaces de programmation applicative) pour relier les bases de données des organismes de contrôle aux bases de données des clients.

A noter que 34,6% des entreprises de Regtech qui s’attaquent aux défis liés à la gestion et au contrôle de l’identité s’appuient sur des solutions basées sur l’IA

2 / Aider les banques à respecter leurs obligations de reporting réglementaire

L’autre type de Regtech le plus investi par les entreprises du secteur est la gestion du reporting réglementaire. Elles sont également 27,2% à présenter des solutions dans ce domaine et recourent pour cela essentiellement aux technologies Cloud (35,5%) et aux API (19,4%) permettant de :

* automatiser la production de rapports réglementaires

* soutenir et uniformiser la distribution transfrontalière des fonds d’investissement

* faciliter la supervision des sociétés financières par les autorités de régulation avec un portail de soumission de données sur le Web et une validation en temps réel.

Près de la moitié de ces sociétés de Regtech (46,7%) se sont concentrées sur les clients de gestion d’actifs.

3 / Une meilleure gestion des risques data

Les sociétés de Regtech se concentrant sur de nouvelles façons de gérer les risques liés à la data (Risk Data Management, RDM) représentent 13,6% de l’échantillon étudié. Près de la moitié des RDM Regtechs (46,7%) s’appuient sur des solutions Big Data et ciblent principalement les clients Corporate & Investment Banking. La RDM porte aussi bien sur la gouvernance des données que sur leur suivi et leur protection, autant de tâches centralisées par un organe de supervision connecté à de nombreuses fonctions métier.

4 / Gardez un œil sur vos transactions

Le suivi des transactions est la quatrième problématique regroupant le plus de sociétés Regtech (11,1%). Pour assurer la surveillance des transactions, elles utilisent notamment les applications de la technologie Blockchain (36,4%) et l’IA/Machine Learning (27,3%). Elles offrent des solutions destinées à assurer le suivi de toutes les données clients en temps réel, l’identification des activités illicites et le contrôle des éléments d’identité physiques et numériques.

5 / Une gestion de la conformité souple et automatisée

L’étude Regtech met aussi l’accent sur un cinquième groupe de sociétés, celles spécialisées dans la « compliance management » (gestion de la conformité), à savoir tous les processus par lesquels les institutions financières s’assurent qu’un ensemble de personnes suit un ensemble de règles données. Là encore, l’IA/Machine Learning et les services Cloud (utilisé chacun par 37,5% des entreprises) sont les principales technologies mises à contribution. A noter qu’environ 30% des banques s’attendent à une plus grande implication des solutions Regtech en Compliance Management dans les années à venir.

Levées de fonds européennes : le Top 10 des sociétés Regtech

En tête du classement des montants levés en capital-risque, Fenergo (65,4 M€) a bénéficié de sa maturité et de l’étendue de ses solutions (KYC / AML, conformité fiscale, intégration client et gestion du cycle de vie). Suivent Onfido (49 M€), spécialisée dans la vérification d’identité et OpenGamma (32,7 M€), une société d’analyse experte dans la résolution des défis MiFID II (directive sur les marchés d’instruments financiers) sur les marchés dérivés. A noter en 5ème position, Behavox (17,4 M€), un outil de surveillance du marché alimenté par l’IA.

Quelques opérations de fusions & acquisitions de grande envergure ont eu lieu depuis 2015 sur le secteur de la Regtech européenne menées en majorité par de grands groupes américains : Dynatrace a ainsi jeté son dévolu sur le suisse Qumram (communication monitoring), Nasdaq sur le britannique Sybenetix (market surveillance) et Transunion sur l’irlandais Trusdev (transaction monitoring).

A l’heure où les banques n’ont jamais consacré autant de ressources et de moyens financiers pour assurer la conformité aux risques, à la réglementation, à la connaissance du client et à la lutte contre le blanchiment d’argent, la Regtech peut offrir des solutions efficaces. Sans compter qu’à une époque où l’IA suscite de plus en plus d’inquiétudes et où les grandes entreprises brassent une masse considérable de données, la Regtech contribue à donner une image plus positive de ces nouvelles technologies notamment en termes de protection.

En définitive, il ressort de cette étude que lLes Regtech ont été à 86 % créées après 2008, soit au moment de la crise financière et de la nouvelle ère de réglementations financières qui a suivi. Concentrées dans les pays d’Europe de l’Ouest, elles sont 47% à être implantées au Royaume-Uni.  L’Asset Management apparaît comme le secteur d’activité bancaire le plus visé par les entreprises Regtech (28%). Suivent les fonctions supports des banques et le secteur du Corporate & Investment Banking. Enfin, les technologies les plus utilisées par le secteur Regtech sont l’IA / Machine Learning (23% des entreprises de l’échantillon), le Cloud (19%) et le Big Data (19%).

Méthodologie : L’enquête est basée sur des informations publiques disponibles sur les sites Web des entreprises ainsi que sur des entretiens menés auprès d’entreprises Regtech identifiées comme leaders dans leurs domaines. Pour compléter l’étude, 6 entreprises européennes leaders dans le domaine de la technologie Regtech font l’objet d’études de cas, basée sur des entretiens avec des dirigeants de ces entreprises.

infographie

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine