Selon l’enquête « Performance des collaborateurs et Environnement de travail » réalisée par JLL, les salariés de la banque-assurance trouvent leurs bureaux peu adaptés à la collaboration et à l’échange.

Ces collaborateurs reconnaissent travailler sur des sites de taille supérieure à la moyenne. Des espaces de grande taille généralement synonymes de modes d’aménagements plus flexibles : plus ouverts (45 % de salariés disent être aménagés de façon décloisonnée contre 34 % en moyenne), constitués d’open spaces de plus grande taille (32 personnes vs. 27) et associés à des remaniements de postes de travail fréquents (42 % disent en changer tous les 2-3 ans vs. 30 % en moyenne).

On y constate un faible poids du travail collaboratif, celui-ci représentant uniquement 20 % du temps de travail hebdomadaire, là où il pèse 30 % en moyenne dans les autres secteurs, et nourrit moins le travail nomade au sein des bureaux. Dans ces deux professions, « … les bureaux peinent à porter les nouveaux modes de travail. Ils sont moins appréciés que la moyenne, pêchant à la fois sur le confort basique et sur des aspects plus qualitatifs. Finalement, les salariés du secteur Banque-Assurance insatisfaits de leurs bureaux sont perçus comme contribuant moins à la performance », explique Flore Pradère-Saulnier, Responsable Recherche Entreprises chez JLL.

Plus généralement, seulement 58 % des salariés de la Banque-Assurance disent apprécier l’aménagement de leurs espaces de travail, contre 68 % en moyenne, dans les autres secteurs. « Face à eux, 29 % considèrent qu’ils ne favorisent pas la collaboration et les échanges, contre 20 % en moyenne. Et ils sont même 18 % à considérer que les moyens et espaces mis à leur disposition ne leur permettent pas de travailler efficacement contre 13 % en moyenne », indique l’étude.

Pour cette dernière, « les bureaux du secteur décrochent sur les attentes les plus  basiques des collaborateurs : confort du bureau (75 % vs. 83 % en moyenne), accès distant aux mails et fichiers (58 % vs. 7%), capacité à stocker ses affaires (79 % vs. 86 %). »

Malgré cette mauvaise évaluation, les salariés de ces deux professions n’ont pas une aspiration à davantage travailler hors des murs de l’entreprise. « A y regarder de plus près, cet apparent paradoxe est directement lié au mode de management qui prévaut dans le secteur. En moyenne en Ile-de-France, on vient au bureau : avant tout parce que l’on a besoin de travailler avec ses collègues, ensuite parce que l’on estime que sa présence est souhaitée par le management. Dans le secteur de la Banque-Assurance, c’est l’inverse », précise Flore Pradère-Saulnier.

 

Cette enquête a été conduite auprès de 609 salariés franciliens.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine