Selon le quatrième baromètre de l’assureur-crédit, les exportateurs français ont une manne de 30 milliards d’euros à saisir en s’ouvrant aux marchés étrangers. Une véritable opportunité face à un marché intérieur proposant des ouvertures limitées en termes de croissance.

EulerD’entrée de jeu, Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermes déclare : « En 2015, la demande adressée à la France augmenterait de 30 milliards d’euros, ce montant est deux fois supérieur à celui de 2014. Et 83 % des entreprises interrogées envisagent d’augmenter leur chiffre d’affaires à l’export en 2015. Pour autant, le risque d’impayés reste le premier frein à l’export pour une entreprise sur deux ».

Réalisé auprès de  800 PME et ETI exportatrices, le baromètre d’Euler Hermes, quatrième du genre, apporte son lot d’enseignements. Sur le plan macro-économique, le panorama issu de cette enquête met en avant l’export comme un véritable levier croissance.  Selon Ludovic Subran, économiste pour la France chez l’assureur-crédit, « sur les 30 milliards d’euros de potentiel export en 2015, 11 milliards résulteront d’un euro moins fort». Et d’ajouter : « Parmi les secteurs gagnants de cet effet prix, on retrouve les équipements de transports, les véhicules à moteurs et les produits chimiques.»

Dans ce contexte, quid du dispositif d’aides publiques aux entreprises ? Il apportera un nouveau souffle à l’export France. « Le CICE et la première tranche du Pacte de Responsabilité contribueront à faire baisser le coût du travail entre 2 à 3 % selon l’entreprise en 2015, renforçant ainsi la compétitivité-prix de nombreux exportateurs. Ensuite, l’ensemble des aides (notamment le CICE) a permis de modérer la part des services protégés d’environ 5 %, dans la structure de coût des entreprises. Même si ces aides sont souvent peu ciblées sur l’export, elles bénéficient, par ricochet, aussi aux exportateurs. »

Parmi les messages envoyés par les entreprises interrogées, 8 sur 10 envisagent d’augmenter leur chiffre d’affaires à l’export en 2015. En 2014, l’Allemagne, la Belgique et l’Espagne restent dans le trio de tête des pays où la France va exporter. Grande surprise, l’Italie sort de  la quatrième place qu’elle cède aux Etats-Unis). Et se retrouve à la sixième place, la cinquième étant prise par le Royaume-Uni. L’Espagne ne fait plus rêver non plus quand l’Allemagne apparaît comme saturée. Qu’en est-il des pays visés en 2015 ? En intention, le Brésil tient la corde, suivi de l’Algérie, l’Inde et la Chine. Le Royaume-Uni apparaît en 5eme position. Malgré la complexité du marché chinois, 13 % des entreprises interrogées veulent s’y essayer en 2015. Plus géneuler2éralement, 53 % des structures du panel veulent conquérir de nouveaux marchés en 2015, 57 % des PME contre 47 % des ETI. Parmi les freins, le risque d’impayés redouté par 50 %  contre un sur 3 en matière de manque de financement. Autre enseignement, les intentions d’investir davantage en 2015 sont limitées à l’export (32 %) là où elles sont de 18 % en France.

Méthodologie

826 entreprises exportatrices ont été interrogées de mai à juillet 2014 par les 23 délégations de l’assureur-crédit, réparties sur le territoire national. Il s’agit notamment de PME et ETI industrielles (2/3 pour les premières). Les 2 /3 d’entreprises interrogées relèvent de l’industrie, le reste de la construction, des services et du commerce.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine