Un rapport commun des deux acteurs montre la dynamique croissante de la technologie API alors que les entreprises cherchent à augmenter leur efficacité et à proposer de nouveaux services.  A la faveur de la recherche de l’efficacité et du besoin de renouveler leurs business models, le secteur des valeurs mobilières pourrait rapidement opérer le virage vers l’adoption des interfaces de programmes d’application (API), observe en substance ce rapport.

Un nouveau rapport publié aujourd’hui par SWIFT et le Boston Consulting Group (BCG) montre que l’intérêt pour les API croît rapidement dans le segment post-marché. Rien qu’en 2018, la prise de conscience des API parmi les gestionnaires d’actifs a progressé de 26 % pour atteindre 72 %, selon l’enquête du cabinet BCG. L’intérêt commercial croissant conduit à une multiplication des projets pilotes et des cas d’utilisation, en particulier entre les gestionnaires d’actifs et leurs dépositaires. L’étude observe que les API sont bien indiquées pour aider le secteur des services de titres qui doit faire face à des types d’actifs aussi nombreux que variés, à des échanges d’informations complexes et à une pression croissante sur les frais. Le rapport expose quatre aspects sur lesquels le secteur aurait tout à gagner à utiliser les API :

Efficacité et réduction des coûts à travers l’échange de données automatisé

Visibilité des informations en temps réel, comme l’état des règlements et le risque intra-journalier

Services à valeur ajoutée, comme les données enrichies et les analyses

Benchmarks opérationnels pour aider les prestataires à comparer leurs performances avec celles de leurs homologues.

Et le rapport d’observer que l’adoption des API a été plus lente dans le secteur des services de titres que dans d’autres secteurs des services financiers, en partie à cause d’un manque d’impulsion de la part des autorités de réglementation, explique le rapport. De plus, le niveau de préparation à l’adoption des API est extrêmement contrasté entre les différents acteurs. Les gestionnaires d’actifs présentent une grande variété tant du point de vue de la complexité technique que de leur propension à s’engager auprès des fournisseurs via des solutions API. Quelque 56 % des personnes interrogées par l’enquête perçoivent la maturité des API post-trade comme « expérimentale », tandis qu’ils ne sont que 21 % à la considérer comme « élevée » ou « moyenne ».

Selon », souligne Juliette Kennel, responsable Titres et Marchés des changes chez SWIFT, « les API ont la capacité de constituer un levier d’innovation puissant dans le segment post-marché, exactement comme cela s’est produit dans les paiements et d’autres domaines bancaires. « Cette technologie suscite de plus en plus d’intérêt, d’autant que les premières phases d’expérimentation sont prometteuses. Mais pour véritablement stimuler et accélérer l’adoption des API à plus grande échelle, nous devons éliminer l’incertitude sur les normes et améliorer la compréhension du degré de maturité atteint par cette technologie. »

Le rapport formule quatre axes d’amélioration pour le secteur :

Mutualiser les infrastructures API communes. Les composantes de base des solutions API, telles que la gestion des identifications, l’authentification, la sécurité et la gestion de la connectivité réseau devraient être harmonisées au niveau global à travers des accords entre les entreprises, plutôt qu’au niveau de chaque entité.

Organiser les normes des API pour permettre l’interopérabilité. La prolifération de nombreux standards menace d’amoindrir les gains d’efficacité que les API permettent. Le secteur a besoin d’une seule et unique norme API compatible avec tous les fournisseurs.

Soutenir la mise en réseau des API plutôt que des solutions point à point. Les entreprises sont prêtes à profiter de la mise en réseau des API. Par exemple, un seul appel de vérification de l’état d’un règlement effectué par un courtier pourra ensuite être acheminé simultanément à plusieurs dépositaires. Une solution en réseau favorisera également la convergence des définitions de données ainsi que d’autres caractéristiques des API.

Respecter des normes de sécurité et de résilience strictes. Pour gagner du terrain, les systèmes d’API devront atteindre des niveaux élevés de protection des données et de résilience.

« La numérisation de la banque s’accélère, une transformation qui doit beaucoup à la technologie des API », analyse Sumitra Karthikeyan, responsable mondiale Services de titres chez BCG. « Les API commencent tout juste à s’introduire dans le secteur des services de titres. Elles émergent peu à peu comme une technologie de pointe vers laquelle les directions se tournent volontiers au moment où elles cherchent à transformer leurs entreprises afin d’accélérer leur digitalisation. Bien que les difficultés traditionnelles telles que l’interopérabilité et la sécurité freinent l’adoption des API, nous pensons qu’elles pourront être surmontées et nous misons sur une plus grande adoption toujours à l’avenir. »

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine