Les résultats d’une étude de cet organisme mandaté par le GPREN (Groupement des Professionnels de la Réparation en Nature), ont été présentés à huit assureurs. En substance, la réparation en nature serait entrée dans les mœurs des assurés.

La première matinale organisée par le GPREN pour débriefer l’étude confiée à Octen Consulting  a permis de mettre en exergue le niveau d’attente des Français en matière de réparation en nature.  Où l’on apprend que 52 % des clients souhaiteraient que leur assureur leur propose la REN (réparation en nature) comme solution d’indemnisation. Ainsi, pour les dommages supérieurs à 1600€, plus de 61 % des répondants souhaitent ce mode d’indemnisation.

En multirisque habitation, 60 % des locataires sont plus en attente de REN que les propriétaires (49 %). Autre enseignement, chez les séniors, l’attrait pour cette pratique atteint 60 %, du fait de la baisse du recours au gré à gré, souligne cette étude.

Par ailleurs, l’enquête montre que 52 % des répondants préféreraient avoir recours à la REN pour résoudre un dégât des  eaux. Le gré à gré « bricoleur » comme mode de remboursement est privilégié par 23 % des répondants, et le recours aux devis artisans recueille le même suffrage.

Autre enseignement, les préférences en termes de mode de résolution de sinistres varient en fonction de l’âge et du statut d’occupation des assurés. La REN est privilégiée surtout à partir de 50 ans et par les locataires.

Ce sondage a été complété par deux focus groupes pour comprendre quelles étaient les attentes des assurés en matière de sinistre. Les résultats démontrent que « les assurés, en cas de sinistre, ne pensent pas directement à leur assureur, ce dernier étant celui qui rembourse, mais pas celui qui accompagne. Ils souhaitent des assureurs présents et actifs et qui s’impliquent plus pour résoudre leur sinistre. Leur finalité serait d’avoir des assureurs partenaires de confiance et qui innovent. La REN est retenue par les participants des focus groupes qui manifestent une vraie confiance en leur assureur, l’envie de déléguer (gain de temps) et la certitude de pouvoir se retourner vers son assureur en cas de problème », commente le GPRN, qui regroupe Domus, France Maintenance Bâtiment (FMB), Geops, Maisoning et Multiassistance.

Enfin, selon cet organisme, « un des freins le plus souvent cité par les participants à l’utilisation de la REN est la méfiance envers les artisans choisis par l’assurance et la crainte que les travaux ne soient pas bien effectués. »

Méthodologie

Cette enquête a été réalisée sur la base de la méthode des quotas, à partir d’un échantillon représentatif de 500 répondants et de deux focus groupes urbains et séniors (10 participants chacun).

 

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine