La question mérite d’être posée tant la pression marketing sur une telle thématique n’a jamais été aussi forte. L’interrogation a d’ailleurs été au centre de l’une des enquêtes de Robert Half Technologies.

Hors des Big data, point de salut. En substance, toutes les entreprises, banques et assurances en tête, l’entendent sans modération à longueur de journée. Mais comment savoir à quoi sert l’exploitation des méga-données engrangées par les entreprises ? Les résultats de l’étude de Robert Half Technologies apportent un éclairage parfois surprenant, par rapport aux idées communément ressassées sur le terrain où Big data rime avec opportunité d’innover, de développer les ventes, les marchés, les bénéfices, de séduire de nouveaux clients et de lancer des offres personnalisées.

Quand Robert Half interroge 100 DSI, d’autres valeurs arrivent en pôle-position : L’optimisation des coûts est en tête avec 49 %. En clair les Big data aideraient avant tout cette profession à rationaliser les coûts de fonctionnement. Comment ? En identifiant les éléments qui fonctionnent efficacement et ceux qui ne sont pas bien exploités. Le service client à améliorer arrive en deuxième position pour 45 % des suffrage. Mais l’enquête ne dit pas si pour le DSI le client est l’utilisateur interne ou alors le chaland. Quoi qu’il en soit, sa connaissance et la maîtrise de ses besoins sont facilités par les Big data. Enrichissement de produits et/ou services, des business models, prise de décision automatisée, meilleur aperçu des process opérationnels, compréhension de l’analyse marché et augmentation du chiffre d’affaires arrivent respectivement, ensuite. En d’autres termes, pour les DSI, ce n’est pas en mettant en place des technologies de Big data que l’on peut espérer obtenir un grand bond en avant immédiat des résultats économiques. D’ailleurs, pour elle une telle fonction a davantage un impact sur l’IT (38 %), que sur le marketing (7 %).

A l’heure où d’aucuns oublient, parfois volontairement que les Big data intègrent une dimension technologique forte même s’il faut l’aborder sous un angle avant tout métier, le point de vue des DSI doit être fortement pris en compte dans le cadre d’un projet Agile qui confronte, dans une logique pluridisciplinaire, ses tenants et aboutissants. Certes le top management définit la ligne stratégique et fonctionnelle du projet ; mais sa conduite doit être réalisée avec l’implication d’une nouvelle race de professionnels, les data scientist. Comme le précise le cabinet, ils maîtrisent à la fois les statistiques, le computing science et les mathématiques. Cette pénurie est à l’origine de la flambée tarifaire sur le terrain, une flambée qui pourrait freiner les velléités de certaines entreprises qui finalement commencent à comprendre la nécessité d’aller vers les Big data.

Heureusement, des solutions alternatives comment à pointer leur bout du nez sur le terrain. La force du Cloud computing à proposer un modèle de consommation des Big data à la demande ouvrirait la porte à une prise en compte des technologies des Big data mutualisée par un tiers de confiance, en l’occurrence, le prestataire de service Cloud. Des services négociés par la DSI, rompue aux subtilités de ce modèle technologique. Sa place reste encore prégnante dans ce processus tout comme, de ce point de vue, sa vision de ce nouveau paradigme.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine