Banque et digital. Le binôme semble désormais porteur, si l’on en juge à travers les annonces de ces dernières années. Après une période de flirt inavoué, le mariage est, depuis, consommé. Dans la durée. À qui profite cette idylle ? Les initiatives de BNP Paribas et du groupe AXA sur la banque disponible exclusivement sur mobile nous en disent un peu plus.

À l’instar des assureurs, les banques françaises ont longtemps ignoré l’interaction web  2.0. Peur de la nouveauté ou tout simplement de l’inconnue, difficile de statuer. Toujours est-il que le temps a passé. Laissant au Minitel un dernier soupçon d’espoir évanescent. Comme à l’accoutumée, le premier à dégainer a mis le feu aux poudres. Ou plutôt à la Toile. Chacune des banques du Landerneau ne jure que par son application de M-Banking. Les fonctionnalités ? Elles restent, globalement celles de la banque traditionnelle transposées sur le Web. Avec, en prime, quelques nouveautés loin d’être révolutionnaires. La gratuité, par exemple, grâce au modèle économique de l’Internet. Et l’ergonomie. Sinon, rien de nouveau sous le soleil. Même si le client semble y trouve son … compte. La consultation en ligne ? Les écrans alphanumériques gris du Minitel la proposaient déjà, certes sans itinérance. Idem pour les virements. Des pis-aller, reconnaissait encore un consultant récemment.

Pendant ce temps, certains de nos alter ego européens osaient la nouveauté, la vraie. Eux qui n’ont pas connu le Télétel, ancêtre de l’Internet français, se sont engouffrés dans la brèche. Au Pays-Bas, par exemple, l’aventure de la banque en ligne by ING pourrait faire pâlir d’envie plus d’une de nos institutions traditionnelles, au-delà du tambourinage marketing. Comment expliquer un tel décalage ? Difficile d’avancer quelque argument socioculturel dont je vous ferai volontiers l’économie ici. Constatons tout simplement que la donne est en train de changer.

L’audace nous est venue des acteurs alternatifs. Sans se propager comme une trainée de poudre. Vous les connaissez tous, ces Pure players de la banque en ligne qui doivent utiliser le web comme facteur différenciant. Ils ont fait bouger les lignes, montrant souvent le chemin aux mastodontes traditionnels. Louons ici la sagesse de ces mammouths qui ont  montré leur conscience de ne pas savoir (comme pourrait dire Lao Tseu). Car ce constat aura finalement été le point de départ d’une stratégie de banque en ligne digne de ce nom en France. Regardez autour de vous. Écoutez. Surfez. Surtout, en version mobile. M-Banking de deuxième génération, quand tu nous tiens désormais !

Montrant ses griffes, BNP Paribas à bondi avec sa banque exclusivement accessible sur mobile. Moins d’un mois après avoir dévoilé son modèle, Soon By AXA Banque lui dit… Hello Bank. Concomitant ? Pure coïncidence, vous diront les uns et les autres. Après tout, il s’agit de deux banques différentes, donc autant de destins séparés. Et de mondes. Les budgets sont incomparables : 80 millions d’euros d’un côté, 1 million, de l’autre. Les périmètres, différents : paneuropéen pour l’un, français pour l’autre. Un point commun incontestable, car technique : un modèle fondé sur la mobilité. A quand le troisième larron ? Il ne devrait pas tarder. Croyez-moi.

Au-delà de ce pronostic, reste à savoir pourquoi tous ces lancements. Officiellement, ils s’inscrivent dans une stratégie de satisfaction client visant une cible précise : celle des mobinautes. Louable. Toutefois, derrière ce mouvement, l’objectif principal des uns et des autres est de s’inscrire dans un avenir qui pourrait leur échapper. Dans un monde dominé par l’obsolescence programmée, la vigilance est de mise. Il faut occuper le terrain. Car même Internet a horreur du vide. Naturellement.

 

Emmanuel Mayega
Rédacteur en chef

 

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine