Souriez, vous comparez. Et vous aurez raison. En ce début d’année plein d’incertitudes, vous avez tout intérêt à passer au crible toutes les offres de produits et de services avant de poser votre acte d’achat. Une aubaine, il paraît.
Ce n’est pas choisir.com qui me démentira. Profitant du grand Rush de la rentrée, la plate-forme nous invite à comparer à tout va pour optimiser notre pouvoir d’achat. Et le jeu en vaut la chandelle qui peut aller jusqu’à plus de 2 000 euros d’économies par an. À l’heure de l’inflation sans retenue, mieux vaut faire jouer la concurrence à défaut de résister aux ponctions obligatoires des Pouvoirs publics qui n’hésitent plus à rogner y compris les derniers semblants d’avantages qui restant encore à certains (le bonus du PEL  pourrait passer à la trappe bientôt). Confrontez les tarifs des assureurs y compris à travers le moteur de recherche de Google, géant qui vient pourtant de mordre la poussière sur ce terrain, dans l’assurance française. Au final, vous aurez raison.  250 euros d’économies sur votre prime d’assurance annuelle alors que le porteur de votre risque vous annonçait une flambée de 3 à 7 % d’augmentation sur votre contrat auto qui présente pourtant un résultat technique défendable. De quoi gagner en assurance. Et même peut-être en découvert bancaire. AUD fait, en la matière, combien vous prend votre banque ? Comparez, vous dis-je ! À l’arrivée, la somme des petites augmentations évitées pourrait agréablement vous permettre de vous acquitter du surplus d’impôts à payer  en cette année 2014.

Face aux bénéfices escomptés qui, pour le moins plaident pour le trop de comparaison sans mettre à  mal l’acte de libre-comparaison, les Français restent pourtant timorés. À la différence des pays anglo-saxons, où les consommateurs comparent systématiquement avant d’acheter, nos concitoyens font pâle figure. Certes, ils comparent de plus en plus, mais ils sont encore loin derrière beaucoup d’européens. Sur le marché de la finance et tout particulièrement celui de l’assurance, cela créé un microcosme fortement marqué par l’incertitude. Hormis Assurland, qui capitalise sur la prime du premier venu, tous ses poursuivants sont à la recherche d’une improbable maturité. Pourront-ils l’acquérir à coup d’investissements publicitaires suicidaires qui ont pourtant une vocation défendable à savoir éduquer le marché ? En refusant de se jeter dans une telle stratégie, la plus expérimentée de tous apporte sa réponse : négative. Un rapide comparatif des budgets com de ces comparateurs met à nu une véritable course à l’investissement sans garantie de ROI. Au point que certains pourraient rendre l’âme, faute d’oxygène financier.

En cette nouvelle année, évitons de jouer les oiseaux de mauvais augures. Laissons ces opérateurs aller jusqu’au bout de leur logique économique. Peut-être, l’histoire leur donnera-t-elle gain de cause ? En attendant, les consommateurs ont tout intérêt à comparer pour avoir raison. S’il est un domaine où la comparaison est plus que jamais nécessaire, c’est bien celui de l’assurance des prêts bancaires. Malgré les coups de boutoirs de la loi Lagarde, rien n’y fait, certes les banques s’arcboutent sur leurs privilèges d’organisme de crédit pour exercer le chantage sur leurs clients mais le consommateur ne fait pas grand chose pour disséquer les offres en présence et statuer. Tel un taureau mené à l’abattoir, il avance face aux offres des banques, sans regimber. Après tout, le principal est d’obtenir le prêt, l’accessoire étant l’assurance associée. Pourtant, plusieurs études ont montré la nécessité de prendre le temps d’opérer le choix. La loi Hamon ne s’y est pas trompée, qui s’achemine vers cette logique. Un point pour les assureurs qui dénoncent pourtant la mise à mal de la clause de tacite reconduction des contrats autos et MRH ; une position plébiscitée par les comparateurs. Et pour cause, elle devrait galvaniser le recours à la comparaison. Vous le voyez, même l’Etat vous y invite. Comparez en 2014. Sans modération. Il ne vous en coûtera pas davantage.

Très bonne année 2014

 

Emmanuel Mayega
Rédacteur en chef

Twitter: @mayega20

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+


Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine