Cette première étude a été lancée en 2014. Sa vocation : analyser la qualité de vie des participants et mesurer l’influence de l’utilisation d’objets « santé » connectés assortis d’un accompagnement humain de type coaching afin d’étudier l’évolution des comportements personnels par rapport à leur santé.

Au travers d’entretiens téléphoniques, la mission de la coach était d’assurer un suivi et d’apporter une aide individuelle aux membres du panel retenu. Ce télé-suivi a permis de renforcer l’action positive des objets connectés de santé par des conseils personnalisés.

Concrètement, trois protocoles correspondant à autant de thématiques ont été définis et mis en place, au sein desquels les participants se sont répartis. Le protocole Jour portait sur la condition physique au quotidien  avec pour dispositif un traqueur d’activité et une balance connectée. Quant au protocole nuit,  il était centré sur la qualité du sommeil et celle de l’air ambiant mesuré par un traqueur d’activité et une balance connectée analysant le taux de CO2. Enfin,  le Protocole stress portait sur la gestion du stress et de la fatigue avec pour traqueur d’activité un tensiomètre.

Ces objets connectés ont pu engranger des données à étudier qui portaient sur différents points : l’hygiène et la qualité de vie, le sommeil, la tension artérielle et le stress.  Les résultats ont été tirés des données des 85 participants de 26 à 76 ans (répartis entre des salariés, des retraités et des aidants) : 62 % ont suivi le protocole Jour, 17 %, celui de la nuit et les 20 % autres se sont soumis au protocole Stress.

Au total, plus de 450 entretiens ont été menés au cours de l’observatoire Blue@picil, au rythme d’un appel téléphonique de la coach toutes les 3 semaines portant sur l’activité physique, l’échelle de fatigue, la perception du stress et la qualité de vie.

Selon Blue@picil, « tous protocoles confondus, l’ensemble des participants a joué le jeu et utilisé régulièrement les 3 dispositifs : le tensiomètre a été exploité tous les 2 à 3 jours, la balance très régulièrement (voir tous les jours pour certains) et le traqueur a été porté en moyenne un jour sur deux, quelle que soit la période de l’observatoire (les retraités l’ont porté un peu plus que les actifs, et les hommes un peu plus souvent que les femmes). Au total 55 millions de pas ont été effectués par les 85 bénéficiaires de l’Observatoire Blue@picil (ce qui correspond à 1 fois le tour de la Terre ou 49 Aller/Retour Paris – Lyon en marchant). » Pour mémoire, la moyenne générale quotidienne pour l’ensemble de la population est de 3691 pas (environ 4600 mètres). Elle augmente de mille pas supplémentaires en août. Pour l’ensemble des participants de l’observatoire, on dénombre 3323 pas par jour en moyenne pour les personnes en activité contre 5431 pas pour les retraités. Et les hommes marchent plus que les femmes (4739 pas quotidiens contre 3117)… même si cela peut s’expliquer par différents critères liés aux loisirs ou aux sports pratiqués par les uns et les autres.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine