Elle sera dévoilée le 17 septembre, cette offre low cost nommée « Enjoy ».  Meilleurebanque.com, comparateur de tarifs bancaires, a analysé les frais et les services de ce nouveau produit face notamment à ses principaux concurrents que sont notamment les banques en ligne et l’offre EKO du Crédit Agricole.

L’offre Enjoy est définie comme une « agence » spécifique de la Caisse d’Epargne, appuyée par des téléconseillers : contrairement donc à EKO, il n’y a pas d’agence physique de rattachement où le client pourrait faire tout ou partie de ses opérations du quotidien. Elle se rapproche donc plus fortement d’une banque en ligne.

Pour le reste, les services offerts, comme le tarif, sont très ressemblants : 2€ par mois pour une carte bancaire à autorisation systématique, un forfait de retraits gratuits (3/mois chez Enjoy, 25 par an chez EKO) dans les distributeurs des concurrents, des outils de gestion à distance, un chéquier et l’accès aux offres de crédit et d’épargne de la Caisse d’Epargne. Cependant, chez Enjoy, pas d’opérations à l’étranger gratuites comme chez EKO. Pour toutes les autres opérations, le tarif appliqué reste celui de la Caisse d’Epargne de la région du client.

Comme certaines banques en ligne – et au contraire d’EKO – l’offre Enjoy fait payer le client si celui-ci fait faire certaines opérations par les téléconseillers. C’est le cas des éditions de RIB/IBAN, de la mise en place de virements, et, dans certaines caisses, de prélèvements. Il faudra ainsi s’acquitter de 5€ – comme chez Orange Bank – pour ces opérations » précise Maxime Chipoy, responsable de Meilleurebanque.com.

Meilleurbanque.com a fait le comparatif, sur un profil classique dépassant un peu le forfait, de l’offre Enjoy face à ses concurrentes dans 4 des premières régions où des Caisses d’Epargne ont dévoilé leurs tarifs : Auvergne-Rhône Alpes ; Bourgogne-Franche Comté ; Haut-de-France ; Ile-de-France. « Dans l’ensemble l’offre Enjoy se positionne entre les banques en ligne les plus haut de gamme (Axa Banque, Monabanq ou Macif), et les banques traditionnelles les plus accessibles (Crédit Coopératif ou La Banque Postale)…et ses tarifs sont vraiment très proches de ceux d’EKO », analyse Maxime Chipoy.

Enjoy ne parvient cependant pas à s’aligner sur les offres les plus agressives des pure players du secteur. Certes, beaucoup d’entre elles demandent un minimum de revenus…mais proposent aussi des niveaux de carte plus élevés et la gratuité sur l’ensemble des opérations courantes. A l’inverse, des offres sans condition existent également : l’offre Welcome de Boursorama Banque ou l’offre d’Orange Bank, qui proposent le même niveau de carte, mais sont sans frais. Et pour le même tarif de 2€/mois, Monabanque, elle, est quasiment tout compris. Elle ne devrait pas, donc, constituer un concurrent dangereux pour les banques en ligne.

Enjoy VS EKO : une offre EKO un peu plus séduisante

Face à sa « fausse jumelle » du Crédit Agricole, la différence est plus ténue. Néanmoins, elle reste généralement plus chère que la moyenne des offres EKO, essentiellement du fait des frais pour paiements ou retraits à l’étranger : sans elle, Enjoy redevient légèrement moins chère. « Mais cette proximité de tarifs masque une différence notable », nuance Maxime Chipoy, « L’offre low cost du Crédit Agricole permet, elle, un accès aux agences bancaires, qui peut être un argument de poids pour une part des clients. Avec Enjoy, les agences ne permettent que le dépôt de chèques. »

Inintéressante dans tous les cas, l’offre Enjoy ? « Pas forcément » conclut Maxime Chipoy. « Au niveau tarifaire, elle reste bien moins chère que la plupart des banques traditionnelles…y compris – et c’est peut-être un risque pour l’Ecureuil – des offres classiques des Caisses d’Epargne ! Mais elle est aussi plus compétitive que les agences en lignes des autres banques de réseau (BNP Paribas ou Société Générale par exemple) ».

En définitive, elle est à réserver, donc, à des clients à la consommation bancaire très limitée, qui ne partent pas à l’étranger et qui souhaitent garder un lien symbolique avec une banque traditionnelle…quel dommage de n’avoir pas laissé ouvert l’accès aux agences !

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine