Profitant de l’annonce de ses résultats que nous traiterons plus largement dans le prochain numéro de Capa Hebdo, l’Assureur militant, qui a réalisé en 2012 un résultat consolidé de 157 M€, a annoncé le gel de ses tarifs autos pour l’année 2014. Objectif : lutter contre la baisse du pouvoir d’achat.

Dans un contexte de marasme économique équivalent à une forte baisse du pouvoir d’achat pour les consommateurs, la Maif a choisi d’aller à contre-courant de la poussée inflationniste affichée sur les tarifs autos depuis plusieurs années. « Nous avons décidé de ne pas augmenter nos tarifs en 2014 afin d’aider nos sociétaires dans les difficultés économiques auxquelles ils sont confrontés », a expliqué Roger Belot, Président-directeur général. Plus généralement, l’Assureur militant qui a profité de l’annonce de ses résultats pour défrayer la chronique à travers cette décision, estime que le modèle mutualiste permet de prendre une telle décision. « Nous n’avons pas d’actionnaires à rémunérer. Cette spécificité nous offre la capacité de pratiquer une politique tarifaire du juste prix sur les cotisations d’assurance de nos sociétaires », explique de son côté, Pascal Demurger, directeur.

Tableau à l’appui, l’assureur a montré comment pendant une décennie, il a joué la carte de la baisse des prix, « là où les autres assureurs ont préféré la modération tarifaire. Nous avons ainsi contribué à la préservation du pouvoir d’achat de nos sociétaires », indique le P.D.G.

Toutefois, le groupe prévient, baisse tarifaire s’accompagne d’un maintien de la qualité des garanties et du service apporté aux sociétaires. « A la différence de ce qui peut être constaté sur le marché, nous avons décidé de geler nos tarifs autos en 2014 sans mettre à mal les garanties dont bénéficient nos sociétaires », considère Roger Belot. Cette stratégie constitue une réponse au débat actuel introduit à travers la loi Hamon sur la consommation. Selon Pascal Demurger, la Maif « démontre que la défense des intérêts des consommateurs ne passe pas par une dérégulation et une remise en cause des règles de résiliation des contrats. Cette mesure, à l’image de ce qui se passe dans certains pays où elle est appliquée parmi lesquels le Royaume Uni, les Pays-Bas et la Norvège, ne pourrait qu’encourager l’affaiblissement des garanties proposées et l’augmentation des frais de gestion liées au turn-over sur le marché ». Une forte contribution au débat actuel.

Du reste, la lutte contre la baisse du pouvoir d’achat a également poussé l’assureur militant de lancer deux nouveaux produits (Offre Jeunes Enseignants et First) que nous présenterons dans le prochain Capa Hebdo du 22 mai 2013.

 

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine