La question ne serait pas de savoir à quel carburant les véhicules vont-ils se vouer ? Laissons à Hulot le soin de gérer cette interrogation. Pour sûr, même parti du Gouvernement, cette question le passionnerait. Cependant, soucieux de le laisser prendre du recul et apprendre à gérer un portefeuille ministériel sans démissionner, nous aborderons un autre sujet.
Certes, il paraît loin des préoccupations des porteurs de risques ; mais à bien y regarder, il est au cœur de leurs préoccupations. Car tout débat portant sur cette branche motrice de l’assurance, pousse à une réflexion en profondeur dans le secteur.

Regardez la brèche de la voiture autonome. Se pose avec acuité une question plutôt existentielle du marché : Quelle est la place de l’assureur dans ce monde où les décisions et les responsabilités relèvent plus souvent de la technologie. Les accidents de Phoenix n’ont certes pas épuisé le thème, mais l’on s’achemine clairement vers une dépossession de la responsabilité qui incombait traditionnellement à l’assurance mais désormais flèche des fabricants technologiques.
Mais, cette logique ce ne serait pas pour demain matin, beaucoup de véhicules, tels que nous les connaissons aujourd’hui auront encore circulé sous le tunnel des prototypes de voitures autonomes, avant la leur généralisation. Entre-temps, des assurés s’essaient à s’accommoder à une vie où ils ne seraient plus derrière le volant. Comment vont-ils réagir ? Les nouvelles mobilités semblent avoir le vent en poupe.
Et pour mieux cerner cette tendance à l’ouvre sournoisement dans notre société, votre serviteur s’est intéressé au concept de « Journée sans voiture » (le 22 septembre, ndlr). Où l’on apprend qu’à sa faveur, que les gyropodes, gyroroues, skateboards électriques et autres trottinettes électriques, ont en envahi notre milieu urbain. Et ont, tels des champions de sky, la glisse en poupe.
De là à conclure que nous sommes tous de potentiels glisseurs en puissance, il est un écart que seule la généralisation de la voiture autonome nous ferait franchir, à toute allure. En attendant, cette étude conduite par Idealo, montre que la demande a enregistré une exceptionnelle évolution puisqu’elle a été multipliée par 11 depuis un an ! Rien que ça ! La demande au mois d’août 2017 servant de base 100, elle est aujourd’hui de 1167.
A une telle allure, la courbe de l’évolution de ces nouveaux modes de mobilité rencontrera, si ce n’est déjà fait, celle des voitures traditionnelles, journée sans voitures ou pas.
Mais le vrai débat pour les assureurs est ailleurs : sur le terrain de la couverture de risques inhérents à l’usage de ces nouveaux modèles de mobilité : a l’instar de la voiture, il faudra prévoir une garantir couvrant différents aléas, allant de l’engin lui-même à la responsabilité civile en passant par le vol et, bien entendu la collision de ces engins. Cela peut faire sourire ceux qui n’ont jamais assisté à la collision des ces engins nouveaux conduits parfois par des personnes peu préparées aux aléas inhérents aux nouvelles mobilités. D’ores et déjà, une poignée d’assureurs et de bancassureurs prennent position sur créneau en devenir.
De la remplacer le marché de l’assurance auto, il est une hypothèse qui ne tient pas la route. Quelque soit le dérapage quantitatif des ventes de nouveaux engins. En fait, l’assurance a tout intérêt à conserver une place sur l’échiquier de l’assurance automobile, qu’elle soit autonome ou pas ! il y va de la pérennité du secteur Et du repositionnement des acteurs

Emmanuel Mayega

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine