Selon cet organisme, 55 millions de véhicules totalement autonomes (niveau 5) seront vendus D’ici 2040. Face aux mutations annoncées sur ce marché, le Think tank européen présente une étude, sorte d’ analyse des acteurs les plus avancés, du développement de l’écosystème des voitures autonomes et de prévisions de ventes pour les 20 prochaines années. L’Asie semble être la locomotive d’un tel secteur naissant où arrivent de nouveaux entrants.

Les pays de l’Asie-Pacifique sont en pôle-position des ventes de véhicules autonomes et devraient demeurer à la première place d’ici 2040, tous niveaux d’autonomie confondus. Les constructeurs nord-américains arrivent à la seconde place mais devraient connaître une croissance moins rapide que leurs voisins asiatiques. Ils sont pourtant toujours leaders des initiatives de tests et ont déjà expérimenté des véhicules autonomes dans 35 villes. L’écosystème européen arrive en suite du classement avec 33 villes testées.

Les géants de l’internet Asiatiques gagnent du terrain : l’exemple de Baidu

De nouveaux entrants sont attendus sur le marché, ce qui permettrait de faire évoluer le business model du secteur en créant une nouvelle économie de service. Ainsi, les acteurs qui se saisissent de cette innovation sont à la fois des constructeurs automobiles comme PSA ou Renault, mais également des géants de l’Internet tels que Google, Apple et Baidu. Parmi ces derniers, Baidu est l’acteur le plus à la pointe de la technologie concernant la mobilité autonome et a investi massivement dans l’intelligence artificielle. Le leader chinois a notamment lancé un programme de robots-taxis dans la ville de Changsha, en lançant un minibus prototype de 14 sièges. L’objectif est d’atteindre une flotte de 100 véhicules à la fin de l’année 2019.

Les voitures autonomes n’arriveront pas aussi vite que prévu

L’essor de ce marché est à relativiser, puisque les véhicules pleinement autonomes, c’est-à-dire de niveau 4 et 5, ne devraient pas arriver sur le marché avant 2025-2030. Aujourd’hui, Audi est le seul constructeur à proposer des véhicules autonomes de niveaux intermédiaire (niveau 3) pour particuliers, avec le véhicule Audi A8. 

Les enjeux éthiques et réglementaires liés à l’autonomisation de la mobilité sont multiples et autant de freins au développement du secteur. La responsabilité du constructeur est en jeu en cas d’accident pour tout véhicule en dessous du niveau 3. Des constructeurs tels que PSA, ont donc arrêté le développement de véhicules de niveaux 4 et 5.

Sans oublier que le coût extrêmement élevé de ces véhicules et que les inquiétudes que ce type d’innovations suscitent pour les consommateurs demeurent des obstacles majeurs.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine