A la veille de son congrès, la Chambre syndicale des courtiers en assurance (CSCA) a voulu savoir le regard que les Français posent sur sa profession.

L’enquête conduite à cette fin  cherche à savoir comment les assurés choisissent leurs offres d’assurance et par quels biais ils passent. Ainsi, pour souscrire un contrat d’assurance personnel ou professionnel,  70 % de Français font d’abord et majoritairement appel à une compagnie d’assurance ; l’entourage arrive en deuxième position avec 45 % de suffrages,  au coude à coude avec le comparateur d’assurances (44 %) ; vient ensuite le banquier (22 %), une revue ou un site d’information (15 %), ou un courtier d’assurances (14 %).

Clairement, la place de ce dernier reste confidentielle pour les particuliers. Pour autant, 88 % des sondés en ont déjà entendu parler et 56 % identifient bien ce dont il s’agit.

L’image du courtier d’assurance est très bonne dans la population sachant que 75 % les considèrent comme des intervenants proposants des solutions adaptées aux besoins de la population et 73 % estiment qu’ils apportent des conseils de qualité aux assurés.

S’agissant de savoir si les courtiers sont indépendants, le panel interviewé      avance certes une réponse contrastée mais majoritairement positive (68 % les considèrent comme tels) là où 60 % les estiment agir dans l’intérêt des assurés et 57 % les voyant comme dignes de confiance.

Autre enseignement de cette enquête, lors de leur dernière souscription de contrat d’assurances, 87 % de personnes interrogées déclarent avoir trouvé l’offre la mieux adaptée à leur besoin et budget, contre 12 % qui pensent le contraire.

Du reste, interrogés sur la réglementation, 52 % estiment qu’elle a un impact positif (rassurant et sécurisant pour le consommateur, 15 % qu’elle a un impact négatif (complexification des démarches, perte de temps) et 33 % ni l’un ni l’autre. En la matière, les commerçants et chefs d’entreprises se montrent plus négatifs (40 %) ainsi que les jeunes de 18 à 24 ans (20 %).

Selon Hervé Houdard, Président de la CSCA, «si les Français pensent avoir trouvé la meilleure solution d’assurance, leur retour mitigé sur les impacts règlementaires démontrent qu’un besoin de conseil et d’accompagnement est nécessaire. Fort  heureusement, le courtier d’assurances, bénéficie d’une notoriété solide et d’une bonne image auprès du grand public. Un très bon point pour notre profession et surtout pour l’image en général de l’intermédiaire, dont le recours est insuffisamment ancré dans notre culture de consommation. »

Méthodologie : étude réalisée par l’institut CSA en avril sur un échantillon national de 991 personnes âgées de 18 ans et plus et représentatif de la population française (méthode des quotas)

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine