Une enquête nationale réalisée sur Internet par Harris Interactive pour le compte de 1001Pharmacies.com dessine les usages et le regard des Français sur l’achat de molécules sur le Net. Enseignements.

Cette étude montre que seulement 38 % des Français fréquentent régulièrement les pharmacies pour acheter leurs médicaments. Et 62 % ne se rendent dans une pharmacie que quelques fois par an, voire jamais.

D’autre part, selon cette enquête, les Français deviennent de plus en plus autonomes sur la gestion de leur santé. De ce point de vue 93 % d’entre eux déclarent réutiliser les médicaments se trouvant déjà dans leurs placards et 84 % se passent d’un avis médical et achètent eux-mêmes leurs médicaments sans aucune prescription. Et parmi ceux qui recourent plus souvent à l’automédication, les femmes et les CSP-, ainsi que les plus jeunes. Les raisons mises en avant sont multiples : gain de temps, praticité, économies.

Quel regard portent les Français sur la vente de molécules sur le Net ? Ils ont « une connaissance très relative de la législation encadrant le commerce de produits de santé sur Internet. »  Ainsi, 38 % ne savent pas que la vente de médicaments sur Internet est devenue légale depuis 2013. Grosso modo, ils l’associent à une pratique dangereuse, synonyme d’arnaque et de contrefaçon et revendiquent un strict encadrement de cette pratique. A l’arrivée, seulement 44 % des Français sont prêts à acheter des médicaments sur Internet.

Pour les personnes réticentes (65 %), le manque de confiance sur la qualité et la provenance du produit est le principal frein. Pour les personnes se disant intéressées par l’achat de médicaments sur Internet, les motivations sont les mêmes que pour toutes les autres catégories de produits sur le Net : une diminution du coût, un gain de temps et une plus grande facilité d’accès.

Quand les Français se montrent méfiants, c’est généralement à l’égard des sites Internet étrangers commercialisant des médicaments car selon l’enquête, ils sont favorables à la mise en place de moyens permettant de les concurrencer. Selon Sabine Safi, co-fondatrice de 1001Pharmacies.com, « le meilleur moyen pour concurrencer ces sites étrangers est d’encourager le développement de sites Internet français légaux, qui soient connus des consommateurs. Ainsi, le regroupement de plusieurs pharmacies françaises sur un même site mutualisé serait la meilleure solution pour combattre ces sites étrangers, comme le pensent 85 % des consommateurs ».

 

Méthodologie : Enquête réalisée sur Internet par Harris Interactive Inc., du 3 au 5 février 2015, auprès d’un échantillon de 1040 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région des personnes interviewées.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine