Il est entré en vigueur le 1er janvier 2018, l’amendement Bourquin a entraîné des changements sur le marché de l’assurance emprunteur, plaçant les assurés au cœur de la réforme. Comment les emprunteurs perçoivent-ils la nouvelle législation ? Plus d’un an après sa mise en place, Le-Partenaire.fr s’est intéressé à leur vision sur l’assurance de prêt.

Cette enquête livre plusieurs enseignements : où l’on apprend que 52% des emprunteurs ignorent les démarches à suivre pour changer d’assurance emprunteur ! 75% des assurés estiment pouvoir uniquement réaliser des économies inférieures à 5 000 euros. 54% parmi eux souhaitent changer d’assurance de prêt afin de bénéficier de tarifs plus avantageux et 36% des assurés ne souhaitent pas se tourner vers une délégation d’assurance par manque de temps.

L’étude confirme ce qui se sait déjà. Ainsi, elle souligne que l’application de l’amendement Bourquin depuis le 12 janvier 2018 n’a pas eu l’effet escompté. Ainsi, le nombre d’emprunteurs détenant encore un contrat de groupe pour leur assurance de prêt reste élevé : 85% en 2018. Cela s’explique par une méconnaissance persistante de la part de 72% des assurés concernant les démarches à suivre pour changer son contrat d’assurance. Ainsi, 63% des Français souscrivent le contrat proposé par leur établissement bancaire, faute de s’informer.

La situation actuelle est donc marquée par une baisse des demandes de résiliation d’assurance emprunteur. Cette réalité contraste avec le but du dispositif, qui avait bénéficié d’une forte couverture médiatique lors de son entrée en vigueur mais dont les spécificités restent aujourd’hui

Sur le thème combien d’économies pouvez-vous réaliser en changeant d’assurance emprunteur ?

L’enquête montre que Actuellement, l’assurance emprunteur représente en moyenne 30% du coût total du prêt immobilier. Les lois adoptées ont notamment pour objectif de permettre aux emprunteurs de réaliser des économies sur leur contrat d’assurance. Tous montants de crédits immobiliers confondus, ce sont en moyenne 6 500 € qui peuvent être économisés en faisant jouer la délégation d’assurance. Or, pour 3/4 des assurés, les économies potentielles pouvant être réalisées sont inférieures à cette moyenne. Les emprunteurs sont bien loin de la réalité puisque, pour les meilleurs profils, jusqu’à 14 000 € peuvent être économisés. Cela prouve que les bénéfices de la délégation d’assurance ne sont pas encore acquis pour une très grande majorité des Français.

L’étude s’appesantit également sur les raisons pour lesquelles les assurés souhaitent changer  d’assurance emprunteur. Aujourd’hui, les bancassureurs détiennent 85% du marché de l’assurance emprunteur même s’ils ne proposent pas toujours des taux très avantageux. Il n’est donc pas étonnant que parmi les emprunteurs souhaitant changer de contrat d’assurance, plus de la moitié (54%) évoquent des raisons purement financières. Par ailleurs, il existe un taux d’insatisfaction croissant envers les banques, entraînant une volonté de changer d’organisme pour 21% des sondés.

De même, 18% des emprunteurs affirment que la personnalisation constitue un point essentiel dans leur décision de changer d’assureur, les banques proposant des garanties identiques à tous leurs clients. Enfin, la dernière motivation des assurés qui les incite à se tourner vers la délégation est un changement de leur état de santé (7%).

Pour quelles raisons ne souhaitez-vous pas vous tourner vers une délégation d’assurance ?

Parmi les personnes informées de la possibilité de changer d’assurance emprunteur, 52% disent vouloir opérer un changement d’assureur. Pourtant, seulement 15% des contrats d’assurance de prêt ont été souscrits dans le cadre d’une délégation en 2018.

La volonté de ne pas changer d’assurance emprunteur est le plus souvent motivée par un manque de temps, selon 36% des personnes interrogées. Viennent ensuite la réticence face aux démarches administratives (31%) ainsi que le manque d’information (19%). Cela se traduit par une peur des assurés de se retrouver avec une couverture moins efficace. Or, pour que le changement soit effectif, les garanties du nouveau contrat doivent être au moins équivalentes au précédent.

Enfin, 14% évoquent la crainte de se voir refuser leur demande de résiliation d’assurance de prêt par la banque.

Commentant les conclusions de cette étude, Ludovic Laborde, Directeur Général du site déclare : « les emprunteurs sont majoritairement intéressés par les avantages apportés par un changement d’assurance de prêt mais se montrent frileux lorsqu’il faut entamer les démarches. »

Méthodologie :  l’étude a été réalisée par Le-Partenaire.fr auprès de 433 personnes par mail et téléphone du 01 avril au 31 mai 2019.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine