Cette nouvelle mouture place l’international au centre de cette solution logicielle de réassurance. De ce point de vue, elle améliore davantage la gestion multidevise, renforce les fonctionnalités liées à la règlementation américaine et se dote également d’un nouveau module de triangulation (les Etats statistiques).

Malgré une diminution de 3 % des capitaux apportés par les investisseurs financiers dans la réassurance à partir de la fin de 2017 jusqu’en 2018, les réassureurs continuent à proposer aux assureurs une couverture et des conditions montrant que les capitaux de réassurance résistent aux catastrophes naturelles ou humaines des années précédentes. Ainsi, le marché continue de voir de nouvelles opportunités d’achat attractives pour les assureurs. Deux autres tendances lourdes sont toujours présentes : une offre de réassurance toujours supérieure à la demande et un marché mondial de réassurance qui se concentre davantage chaque année, avec le top 10 des réassureurs représentant 68% du marché.

Ces diverses évolutions de marché incitent les professionnels à suivre leurs activités sur des outils perfectionnés et à mettre l’accent sur 3 principaux critères : l’internationalisation, le réglementaire et les capacités de reporting.

La version 4.4 de WebXL s’adapte donc et propose la possibilité de gérer la comptabilité en multidevise au sein d’un même traité. Cette évolution répond à une demande forte du marché dans lequel une telle flexibilité des solutions est rare. De fait, cette évolution permet de gérer des contrats pour lesquels les conditions contractuelles sont définies dans plusieurs devises (typiquement le cas des contrats de la branche Maritime et Transports qui sont souvent libellés en Euro, Dollars, Livre). Ainsi, dans cette nouvelle version est introduite la possibilité de générer les comptes dans la devise que l’on souhaite.

Si les versions précédentes avaient fait le lien entre la réassurance et solvabilité 2 (pour les utilisateurs avec des activités en Europe), cette version améliore la production du Schedule F suite à la demande du régulateur Américain (NAIC) d’ajouter le regroupement des réassureurs en fonction de leurs statuts d’autorisation dans des différents états américains, ainsi qu’une vérification du statut des réassureurs à la date d’effet du contrat. C’est une nouvelle contrainte règlementaire forte pour les cédantes basées aux Etats-Unis à laquelle la nouvelle version de WebXL répond.

Les opérations de réassurance étant complexes, il s’agit d’en assurer le suivi de manière détaillée la cadence de déroulement des primes et des sinistres sur les contrats de réassurance.

A noter, la version précédente intégrait un module d’Etats Dynamiques sur le périmètre de la comptabilité générale avec la génération du compte de résultat et du bilan. Désormais, un nouveau module de reporting vient enrichir le logiciel de réassurance WebXL. Les Etats Statistiques couvrent l’intégralité des traitements de comptabilité technique : comptabilisation des décomptes en provenance des cédantes, comptabilisation des primes provisionnelles en acceptation et rétrocession, comptabilisation des commissions, etc… Le module, extrêmement puissant et performant, est par exemple capable de générer des rapports de triangulation du loss ratio (taux de sinistralité).

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine