Cette semaine aura été marquée par l’entrée en vigueur de la loi sur la gestion des données personnelles. Aujourd’hui même, c’est le « D Day », en la matière, avec l’entre en vigueur du RGPD. Avant cela, le ballet des courriels de prestataires qui viennent nous rappeler qu’ils ont longtemps abuser de nos données en quelque sorte et nous demandent de régulariser la situation.

Très drôle car malgré l’humour de certains de ces acteurs, je n’ai pas bougé d’un iota, les renvoyant désormais à leur rôle premier : celui d’usurpateur. C’est pour éviter ces abus que le législateur européen a conçu la norme RGPD. Désormais, se disaient les européens, nous allons dormir sur nos deux oreilles ; c’était oublier l’invitation de Donald Trump, et le Congrès américain, qui, malgré le Patriot Act, a refroidi les velléités de certains acteurs européens dans leur marche vers le respect de la confidentialité de données personnelles. Le Président US, fait encore( re)parler de lui  ! A travers le Cloud Act, il renouvelle la possibilité qui est donnée aux hébergeurs de données américains, de mettre la main à celles-ci, quel que soit le lieu où ils se trouvent, RGPD ou pas RGPD.

Au moment où le Vieux Continent s’apprête à célébrer en chœur le respect des données personnelles en paix. Avec Trump, ça ne sera pas possible, car avec le cloud Act, l’accès aux données privées est désormais possible. Ce qui alarme particulièrement les hommes de ce côté-ci de l’Atlantique c’est qu’à travers cette brèche, s’ouvre un monde possible d’espionnage. En la matière, il est vrai, il est bien servi avec les soupçons de manipulation des données par les russes ! au point d’y prendre goût ?  on dirait !car  de là à élargir cette vieille idée d’un monde d’un autre temps, la guerre froide, il n’est un pas que le membre de la Famille de Mickey a franchi en un simple de clic souris.

Le Vieux Continent s’est donc réveillé avec de fortes migraines et ne sait à quel saint vouer !  Reste que cette guerre ouverte dans son propre camp, celui des alliés, complique beaucoup la tâche de ceux qui entendaient respecter la norme RGPD. Pourquoi une telle pratique à presqu’à la veille de son entrée en vigueur ?

La volonté d’occuper le terrain ou l’irresponsabilité. Difficile à dire. Une réalité semble se confirmer : il a lancé la guerre contre les siens : surréaliste ! Mais l’homme semble avoir pour mission d’afficher « l’honneur de déplaire » ; il a gagné. Vive quand même le RGPD ! Dans les deux cas, le monde occidental n’en a pas besoin. Surtout pas d’une guerre de la donnée entre allés.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine