S’il est un chantier qui fait couler beaucoup d’encre et agiter les méninges en ce moment, c’est bien la chaîne de blocs (Blockchain). Les Big data ne sont pas loin, mais l’actualité marketing est dominée par le potentiel de cette innovation à transformer les processus financiers. Puisque les acteurs, banques comme assurance, ont décidé de jouer la carte de la synergie et de l’union, vont-elles pousser ce modèle jusqu’au bout en s’unissant au sein d’un consortium unique ?

Avec la Blockchain, nous pouvons inaugurer une nouvelle ère de travail collaboratif entre les acteurs du marché. Conscients des enjeux sous-jacents en termes de disruption, les assurances et les banques ont, une fois n’est pas coutume, décidé d’unir leurs forces. Dans cet esprit est le né le consortium LabChain fin 2015 et B3i un an plus tard.

Comme deux lignes parallèles, ils progressent l’un à côté de l’autre, sans se rencontrer sur le terrain. Certes, le premier, orchestrée par la Caisse des Dépôts, se veut plus large et réunit les acteurs des deux professions, bancaire et assurantielle ; et la seconde centrée sur l’écosystème de la réassurance. Mais après tout, l’un et l’autre portent sur les mêmes enjeux et des finalités identiques : l’optimisation/sécurisation des processus et la maîtrise des coûts, sans oublier la création de services inédits qui se ressemblent. Surtout, l’un comme l’autre interrogent le régulateur qui veut garder la main sur ses pratiques.

Ce Seul dernier argument, s’il y en avait un, devrait les convaincre à s’unir, en petits poucets, pour faire face à l’éventuelle ire de l’hydre qu’est l’ACPR. Cerise sur le gâteau, ils pourraient en commun, dans une logique participative, avancer sereinement dans la définition du nouveau droit sous-jacent à la généralisation de la Blockchain.

Ayant été initiée par la Caisse des Dépôts, le LaBChain semblerait, de par son géniteur animé par la volonté de promouvoir les infrastructures à l’échelle nationale, prête à s’ouvrir à une assemblée de travail unique ; rien ne dit non plus que B3i est opposé à une telle idée. Alors ce serait bien penser pour les deux forces en présence d’évoluer vers un consortium unique. On y retrouverait un volet dédié à la réassurance.

Nul doute, l’intelligence qui a motivé les uns et les autres à faire abstraction des comportements figés du passé aidera les acteurs à pousser ce modèle jusqu’au bout. Comme nous ne sommes pas dans le monde des bisounours, chacun retomberait sur ses deux pieds, au moment de transposer la Blockchain dans son entreprise. A qui de faire   le premier pas ?

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine