Elles avaient obtenu des hommes une journée toute entière consacrée à elles seules, nos chères compagnes. Enfin ! Pouvait-on dire. Voilà qu’un illuminé décideur a choisi de faire également du 8 mars une journée de la flamme. Absurde.

En l’espèce, il ne serait pas facile de dire qu’il n’y a pas de fumée sans feu, comme le veut le dicton populaire. Car comment peut-on oser croire que par un pur malheureux hasard, la journée de la Femme restera également dans l’Histoire comme celle du caractère obligatoire de la présence des détecteurs de fumée dans les habitations ? Notre flamme déclarée en ce jour singulier aux dames aurait dû réveiller l’attention de ce maladroit législateur. Car il s’agit d’une confusion de … genre qui pêche par sa légèreté. Et fait mauvais genre. Pensez-donc ! Journée de la femme rimera désormais avec celle de la flamme. Une flamme qui n’a rien de racinien. Mais plutôt un soupçon de machisme. Dommage.

Car désormais, en fêtant la Femme le 8 mars, nous nous éclaterons également pour ces dispositifs qui luttent contre les flammes. Est-ce pour nous rappeler que l’origine du feu qui nous hante et nous consume est purement et simplement féminine ? J’ai beau m’arracher les cheveux, je ne comprends pas le sens de cette conjugaison. Ah! Ça y est. Un grand esprit bien éclairé et inspiré me souffle à l’oreille, que je ne suis pas loin de la réalité : bon nombre d’incendies enregistrés ici et là dans les ménages auraient pour origine la femme. Au foyer où elle doit tout faire, elle arrive parfois à poser des actes finissant par provoquer un départ de feu. C’est dit ! Nous voilà en plein dans le sexisme. Le voilà balayé, d’un revers de la main, le combat de Gisèle Halimi et de ses paires. Il va falloir rebattre le pavé pour la cause de la flamme, pardon, de la femme. Trop c’est trop.

A quelques jours de ce fameux 8 mars, faut-il rappeler que nos fidèles compagnes restent largement victimes des inégalités de tous genres pour revenir sur leurs acquis ? Des exemples ? Ils sont légion. A travail égal salaire largement inférieur, y compris dans les pays où la lutte pour l’égalité homme/femme a permis de remporter quelque victoire de façade. Dans l’assurance, les quelques droits qui lui restaient ont été sucrés, paradoxalement pour entretenir l’équilibre homme/femme. Du coup, cette dernière a perdu la possibilité de bénéficier de tarifs reflétant ses spécificités (conduite réputée plus responsable que celle de l’homme, durée de vie plus longue, etc.). En matière de retraite, là également, les chiffres parlent d’eux-mêmes : en droits directs, en clair, sans pension de réversion, les femmes perçoivent des retraites 40 % inférieures à celles des hommes, 987 euros contre 1 617 euros, la moyenne pour l’ensemble des retraités étant 1282 euros bruts, au 31 décembre 2012 (chiffres du Cercle de l’épargne). Injustice, vous dis-je. Tout est bon pour maintenir la gent féminine à plusieurs longueurs de l’Homme. Mais c’est sans compter avec leur résilience.

Dans le digital, par exemple, elles pèsent de tout leur poids sur les stratégies mises en place dans les banques et les assurances. Derrière ces chantiers d’envergure, se cachent de grandes dames du Web 2.0 : Amélie Oudéa-Castera, Virginie Fauvel, Delphine Asseraf pour ne citer que celles-là. Et pardon pour les autres. Si leurs entreprises ont indirectement encouragé la journée contre la flamme en offrant des détecteurs de fumée y compris connectées sans suggérer une autre date pour l’entrée en vigueur de cette norme, ils montrent le chemin. Un chemin long émaillé de danses russes avec ces dames pour qui drôle n’est pas toujours la vie. Pourtant nous ne serions rien sans elles.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine