La signature des accords constitutifs d’un nouveau modèle social (NMS) hier par deux organisations syndicales – la CFDT & CFE-CGC ( soit près de 70% des salariés du Groupe) fait suite à 18 mois de négociations et, illustre la capacité de transformation du Groupe dans le cadre d’un dialogue social exigeant et responsable. En toile de fond le plan stratégique #macifutur « penser et agir client ».

Articulé autour de 4 grands volets : organisation et temps de travail, politique de rémunération, employabilité et qualité de vie au travail, ce modèle social constitue un socle commun pour l’ensemble des collaborateurs du groupe, qui permettra d’assurer cohérence et équité au sein de ses entités.

Ces accords posent toutes les conditions favorables à la pérennité du modèle mutualiste et à son développement. Il sera mis en application dès le 1er janvier 2019. Inédites de par la méthode employée, ces négociations ont été menées simultanément sur les 4 volets pendant une période de 18 mois pour aboutir aux accords finaux signés ce 29 mars 2018 par la CFDT et CFE-CGC. Une centaine de réunions et d’échanges privilégiant un dialogue social de qualité ont permis d’aboutir à des accords alliant performance économique et sociale, tout en privilégiant l’équité, la partage de richesse l’employabilité et la qualité de vie au travail.

La mise en place de ces accords permet de prendre en compte les évolutions du marché et les nouveaux comportements (contexte concurrentiel, évolution des besoins et des habitudes de consommation des sociétaires et des consommateurs, émergence de nouveaux métiers, accélération de la digitalisation….) en renforçant la capacité d’adaptation et la recherche d’innovation sociale.

Dix textes conventionnels, négociés de manière simultanée, constituent le nouveau modèle social du groupe Macif et portent sur 4 grands éléments structurants : accessibilité et performance – organisation et temps de travail : dans un environnement devenu hyperconcurrentiel, l’accessibilité du réseau et des centres de relation clients, la performance, l’excellence de la relation client et l’efficacité du service apporté aux sociétaires sont devenus de véritables facteurs décisifs pour la pérennité de l’entreprise. Les mesures liées à ce volet favorisent cette capacité d’adaptation en introduisant un temps de travail de référence de 35 heures, homogénéisé pour l’ensemble des salariés. Le groupe Macif s’est engagé à compenser intégralement l’augmentation du temps de travail au travers d’éléments de rémunération individuels (augmentation directe du salaire) et collectifs (abondement sur épargne d’un Plan Epargne Entreprise, augmentation de cotisation de retraite surcomplémentaire) et à tenir compte des situations particulières des collaborateurs, via l’instauration d’une période transitoire, dans le respect du service rendu aux sociétaires et adhérents.

Equité et reconnaissance individuelle de la performance – politique de rémunération : le nouveau modèle social instaure et harmonise les principes et les règles régissant la mise en œuvre des rémunérations, de leur évaluation comme de leur évolution. Il permet en particulier une plus grande équité entre les salariés en reconnaissant davantage les compétences, performances et contributions individuelles. Ce nouvel accord entend également développer le partage de la richesse créée à travers une politique d’intéressement et de participation renforcée.

Développement des compétences – employabilité : face aux évolutions du marché et des technologies, la Macif entend donner à ses salariés une visibilité sur les besoins à venir du Groupe et à les accompagner dans la réalisation et l’évolution de leurs parcours  professionnels. A travers le nouveau modèle social et via une politique spécifique de GPEC, le groupe s’engage à veiller à l’adaptation et au développement des compétences de l’ensemble de ses collaborateurs aux nouveaux métiers et aux évolutions de métiers existants liés à des transformations internes ou externes.

Qualité de vie au travail : à travers ce dernier volet, le groupe Macif souhaite réconcilier performance économique et performance sociale en s’assurant que les conditions de travail des salariés favorisent un travail de qualité répondant aux attentes des sociétaires, et l’équilibre vie privée/professionnelle. A ce titre, le nouveau modèle social prévoit l’instauration du travail à distance comme le télétravail. Par ailleurs, par souci d’équité et en cohérence avec son ancrage dans l’économie sociale et solidaire, la Macif, grâce à son nouveau modèle social, assure une prise en compte des situations de vie particulières auxquelles pourraient être confronté un salarié (arrivée d’un nouvel enfant, statut d’aidants….) tout en veillant à préserver les équilibres collectifs.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine