Cette levée de fonds en série E vise à ouvrir l’accès au tout premier réseau mondial de paiement par prélèvement bancaire. Un accès appelé à transformer le marché de 41 000 milliards de dollars des paiements récurrents.

La société, qui revendique la place de leader mondial dans le domaine des paiements récurrents, sécurise un tour de table de 75 millions de dollars d’investissement pour donner accès au tout premier réseau mondial de paiement par prélèvement bancaire.

D’ici le printemps 2019, le réseau GoCardless couvrira 70 % du volume des paiements récurrents dans le monde, dont l’Amérique du Nord. Ainsi, les entreprises seront à même d’automatiser leurs paiements récurrents dans n’importe quelle devise, grâce au prélèvement direct de compte à compte.

La société est soutenue par de nouveaux investisseurs (Google Ventures, Adams Street Partners et Salesforce Ventures) ainsi que les investisseurs historiques (Accel Partners, Balderton Capital, Notion Capital et Passion Capital). Elle entend utiliser cet investissement pour favoriser sa croissance organique, constituer des équipes dans de nouveaux bureaux dans les zones EMEA, APAC et Amérique du Nord, afin d’offrir aux entreprises à travers le monde un accès à un réseau global de paiement unifié leur permettant de proposer et de traiter abonnements, versements échelonnés et autres factures.

Cette levée de fonds intervient dans un contexte économique marqué par l’explosion du modèle de l’abonnement et le développement des services B2B avec pour conséquence l’augmentation des modèles à revenus récurrents pour de nombreuses organisations : environ 18 % des paiements dans le monde sont désormais des paiements récurrents. Toutefois, ces entreprises recourent encore à des moyens de paiement inadaptés, conçus pour les transactions ponctuelles, comme les cartes, les chèques et les virements bancaires. Près de la moitié des transactions commerciales mondiales (58 000 milliards de dollars en 2016) sont toujours effectuées sous format papier. Et les entreprises qui commercialisent des abonnements pourraient éviter de perdre jusqu’à 4% de leurs clients chaque mois du fait de moyens de paiement inadaptés.

Selon Hiroki Takeuchi, CEO de GoCardless, « La façon dont les entreprises encaissent aujourd’hui les paiements récurrents est obsolète. L’utilisation de systèmes inadaptés tue les entreprises. La création d’un réseau mondial de paiement par prélèvement bancaire est une nécessité absolue, car un tel réseau permet la collecte de paiements récurrents n’importe où, dans n’importe quelle devise. Grâce au soutien de nos investisseurs, nous pouvons désormais ouvrir notre réseau mondial et plateforme de paiement à encore davantage d’entreprises et organisations à travers le monde, et ainsi atteindre notre objectif : automatiser le processus de paiement et permettre aux entreprises de se concentrer sur leur cœur de métier. »

GoCardless utilise également cet investissement pour lancer des innovations sur sa plate-forme de paiement, établissant le prélèvement bancaire comme le meilleur système pour les entreprises avec un modèle de revenus récurrents. Comme par exemple, donner aux entreprises l’accès à des services de paiement transfrontaliers, stimuler leur flux de trésorerie avec des règlements instantanés et augmenter le taux de réussite des transactions grâce à l’intelligence tirée des données sur les paiements. Aujourd’hui, GoCardless revendique la place de la seule société de paiement d’envergure internationale à se consacrer aux paiements récurrents. Et rappelle que plus de 40 000 organisations à travers le monde utilisent GoCardless chaque mois pour leurs transactions. La société traite 10 milliards de dollars de paiements chaque année.

Pour mémoire, GoCardless enregistre également une forte croissance internationale, avec 290 employés répartis sur quatre sites au Royaume-Uni, en France, en Australie et en Allemagne, ainsi qu’une augmentation du chiffre d’affaires de l’ordre de 500 % pour les clients hors Royaume-Uni depuis 2017.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine