Selon une enquête de ce cabinet, 21 % des consommateurs américains et 17 % d’Européens seraient intéressés par des portefeuilles numériques ou en utilisent déjà un.

PayPal, WeChat et Alipay ont déjà été adoptés par des dizaines de millions d’utilisateurs. Dans un tel contexte, les banques devraient-elles s’en inquiéter ? Selon Forrester, « en proposant des services contextualisés et pertinents accessibles du bout des doigts par les consommateurs, les wallets numériques vont transformer leur manière de faire du shopping. Les banques courent un risque de désintermédiation et ne devraient tout simplement pas céder la relation client aux fournisseurs de wallets mobiles. »

Plus généralement, cette enquête montre que « l’intérêt des consommateurs européens pour les portefeuilles numériques est en hausse. 15 à 20 % des utilisateurs américains de smartphones devraient adopter les wallets mobiles d’ici 2018, selon cette étude.

Autre enseignement, de nombreux consommateurs ont confiance dans les prestataires alternatifs. Ainsi, à la question « à qui faites-vous confiance pour vous fournir une solution de wallet numérique », 35 % des consommateurs européens citent PayPal, 32 % les banques/émetteurs de cartes de crédit, 28 % les réseaux de cartes de paiement, 23 % Amazon, 17 % Microsoft, 13 % les opérateurs mobiles et 11% à égalité Google et Apple.

Selon Forrester, pousser les consommateurs à s’intéresser et à adopter les e-wallets s’avèrera difficile sur les marchés développés, ce qui explique pourquoi plusieurs des tout premiers portefeuilles numériques, dont Lemon de Lifelock, Wallet de Square, O2 Wallet de Telefonica, la joint-venture Weve au Royaume-Uni, et la joint-venture Softcard aux Etats-Unis, ont déjà réduit ou mis un terme à leurs activités.

Quid du rythme d’adoption de ces portefeuilles électroniques et à quel moment deviendront-ils une menace pour les banques ? « Cela dépend de la manière dont les sociétés établies réagiront, et celle dont chaque opérateur de wallet numérique s’attaquera aux différents défis mentionnés dans le rapport en matière de simplicité, capacité à gérer les besoins non satisfaits, création de valeur, modèles économiques et capacité à survivre », considère le cabinet.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine