Ebranlé par les données personnelles mais toujours débout, Facebook a souvent été touché, mais n’a jamais coulé. Le vaisseau amiral de Zuckerberg sembla avoir été très tôt précoce. Et atteint la maturité à l’adolescence. Il paraît loin le temps de son dixième anniversaire où il devait essuyer les quolibets du marché et de son landernau, le monde des réseaux sociaux qui le traitait à tort de ringard car souvent fréquenté plutôt par les moins jeunes ! Mais économiquement quelle est la valorisation de Snapchat et autres ?

L’heure des bilans venu, le groupe se porte plutôt bien. Témoin il résiste au plus fort du scandale des données personnelles qui donne des sueurs froides à tout le marché, et affiche des chiffres qui feraient pâlir beaucoup de webmasters. La fréquentation et les abonnements sont en hausse, tout comme les mannes publicitaires. La société ne craint rien et est même presque serein sur son actualité et son avenir.

Le seul danger semble venir d’une concurrence inattendue, car venant de la lointaine Chine, pays qui ne voulait pas entendre parler des réseaux sociaux. Mais la nature ayant horreur du vide, Tencent s’est fait une place sous le soleil chinois et commence même à lorgner du côté des plus grands dans son domaine, donc Facebook. On nous avait averti sous la forme d’un bouquin avec un titre célèbre : « Quand la Chine s’éveillera !»

A travers Tencent, la revanche des réseaux sociaux semble s’amorcer dans ce pays et brandit la menace à l’international. D’ores et déjà, le petit réseau qui monte est déjà sur les traces de Facebook. Avec une capitalisation boursière qui atteint près de 500 milliards de dollars, L’entreprise vaut presque autant que Facebook et Alibaba.  Mieux, son chiffre d’affaires de Tencent atteint ainsi les 11,7 milliards de dollars au 1er trimestre 2018, frôlant celui de Facebook à 12 milliards de dollars. Au rythme où vont les affaires, pour qui sait compter, après 10, c’est 11. Admettons que ce soit le cas : quels impacts sur les prestations occidentales ?

Dans la configuration actuelle, nous gagnons certainement à avoir un concurrent direct de Facebook. Et dans le milieu du digital, la concurrence galvanise. Elle permettrait à Facebook d’être plus vigilant dans ses pratiques et donc plus respectueux des consommateurs en matière de données personnelles. Mais si la croissance de ses concurrents ne cesse de prendre de l’ampleur, il pourrait plonger dans l’escarcelle chinoise. Un grand trou noir dans cette hypothèse sachant que bien malin serait celui qui pourrait dire comment il se comporterait.

Quoi qu’il en soit, pour l’avenir, il semble salvateur que Facebook se porte bien. Il a pour mérite de sauvegarder nos pratiques commerciales intactes. Cela est d’autant plus déterminant que les observateurs considèrent les réseaux sociaux comme incontournables dans le marketing à venir. Comarch, par la voix de son responsable marketing, estime que les entreprises devront adopter le marketing digital, les réseaux sociaux notamment, malgré la montée en puissance du phygital, tenir compte du fait que ces outils influencent les décisions d’achat des Millenials, cible déterminante s’il e nest, et de ce fait deviennent incontournables : il faut accorder beaucoup d’importance aux recommandations de leurs proches ; savoir que ces toiles déterminent les tendances et présentent (place des influenceurs) les articles indispensables comme le faisaient et continuent de le faire les magazines de mode ; prendre en compte le User Generated Content, qui a une grande influence sur les décisions d’achat et savoir que l’engagement reste souvent le moteur des décisions d’achat.

L’enseignement est que nous devrons prendre en compte les réseaux sociaux dans notre interaction avec le consommateur. Et de ce point de vue, les banques et les assurances, au cœur de l’acte de consommation devront s’aligner et font d’ailleurs d’immenses efforts pour s’adapter à ce nouveau monde où Tencent et Facebook tiennent encore le haut du pavé aujourd’hui.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine