Selon cette enquête, les entreprises françaises souffrent d’un manque de technologie, de formation et de soutien de leur direction pour tirer parti de leurs investissements en matière de gestion des données.

L’étude a été conduite auprès de 1500 décideurs et gestionnaires de données informatiques dans 15 pays, dont 100 en France. Principal enseignement révèle que les entreprises françaises obtiennent un rendement moyen de 2,04 dollars (USD) pour chaque dollar investi pour améliorer la gestion des données. Cela s’avère inférieur à la moyenne mondiale qui s’élève à 2,18 dollars pour chaque dollar investi.

 Corollaire, plus des trois quarts des entreprises françaises s’attendent à un rendement encore plus élevé. Un peu moins d’un quart (24%) ont atteint le ROI qu’elles attendaient, mais aucune des entreprises françaises interrogées n’a déclaré que leur ROI dépassait les attentes.

Selon les entreprises françaises, les facteurs qui empêchent d’améliorer leur ROI proviennent d’un manque d’implication ou de formation de leurs employés (49%) d’une part et également des technologies spécifiques à la gestion des données (37%) et d’une politique dédiée en interne (26%). En outre, 37% des entreprises françaises considèrent le manque de financement comme un obstacle à l’obtention d’un meilleur rendement de leurs investissements dans la gestion des données, tandis que 15% ont déclaré n’avoir aucun appui de leur direction.

Selon Jean-Pierre Boushira, vice-président Europe du Sud et Benelux chez Veritas, “une mauvaise gestion des données peut coûter des millions de dollars aux entreprises françaises en vulnérabilités sur le plan de la sécurité, mais aussi en pertes de revenus et en opportunités manquées. Mais celles qui investissent judicieusement prennent petit à petit conscience de l’incroyable potentiel de leur parc informatique. Malheureusement, elles sont encore trop nombreuses à être freinées par des défis technologiques ou humains. » Et d’ajouter : « Il est important que les entreprises aient accès à leurs données, mais aussi qu’elles puissent les protéger et en tirer des enseignements. En initiant un changement culturel dans la manière dont les données sont gérées, en plus du financement nécessaire, du soutien de la direction, de l’utilisation de solutions spécifiques, de la mise en place d’une politique dédiée en interne et en organisant des sessions de formation, les entreprises ont le pouvoir de doter les employés d’une visibilité et d’un contrôle total sur les données.”

Les entreprises qui misent sur une bonne gestion de leurs données déclarent profiter de leur investissement et atteindre déjà les objectifs qu’elles se sont fixés. En France, les répondants estiment que l’amélioration de la conformité des données, la réduction des risques en matière de sécurité, les économies de coûts, l’amélioration de la satisfaction clientèle et des employés plus productifs font partis des premiers avantages d’une meilleure gestion des données.  Parmi les entreprises françaises qui investissent dans la gestion des données, 80% d’entre elles voient une amélioration concernant la conformité des données et une réduction des risques de sécurité des données, tandis que 72% constatent une réduction des coûts. Près des deux tiers (63%) notent que leurs employés sont plus productifs et 75% que ces derniers contribuent à améliorer la satisfaction de la clientèle. 

“Alors que les cas d’atteinte à la protection des données et les menaces de lourdes amendes pour non-respect de la réglementation continuent de faire les gros titres en France, l’un des principaux moteurs d’investissement dans la gestion des données reste la protection. Mais bon nombre d’entreprises profitent aussi grandement de la possibilité d’utiliser leurs données de façon plus intelligente. Celles qui investissent pour gérer efficacement leurs données se verront récompenser dans l’économie numérique actuelle”, ajoute Jean-Pierre Boushira.

Méthodologie

Au total, 1500 décideurs et gestionnaires de données ont été interrogés en octobre et novembre dernier aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Suisse, aux Émirats arabes unis, au Canada, au Mexique, au Brésil, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Singapour, en Chine, au Japon et en République de Corée.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine