Selon cette enquête, « le dividende international moyen issu du pooling des risques de prévoyance-santé dépasse 6 % des volumes de primes ».

L’étude lancée par Towers Watson montre que Les solutions de pooling déployées par les multinationales au titre de leurs risques de prévoyance santé affichent des rendements annuels moyens de 6,1 % du volume de primes. Pour arriver à ce résultat, ses équipes on passé au crible 753 rapports de pool transmis par 151 multinationales, pour des primes de prévoyance-santé atteignant un montant total de 2,4 milliards de dollars.

Plus généralement, 64 % des pools étudiés ont généré des dividendes positifs. Ceux des plus performants sont à l’origine de 28 % des rendements produisant un dividende de plus de 10 %. Commentant ces résultats, Philippe Girard, consultant senior département International Consulting Group de Towers Watson France, estime que « la réduction des coûts opérationnels constituant l’une des premières préoccupations des entreprises, les solutions pooling sont de plus en plus (re)étudiées, du fait de leur niveau d’économie espéré. Celui-ci est généré par la synergie des multinationales et la consolidation des risques issus des couvertures locales de prévoyance-santé. Les multinationales sont de plus en plus conscientes qu’une gestion active de leurs poolings est une manière relativement simple de générer des économies complémentaires, d’améliorer la qualité et l’exhaustivité de l’information des couvertures de prévoyance, et par conséquent d’optimiser leur gestion. Les économies issues des solutions de pooling sont le plus généralement entendues comme le niveau de dividende international. Cependant, de plus en plus de multinationales recherchent un objectif de réduction des primes payées localement. Les économies restent inchangées au niveau du Groupe mais sont davantage transférées vers les filiales. Tout cela suggère que les pools gérés de manière active surperforment  généralement ceux gérés de manière passive. ».

Autre enseignement  l’hétérogénéité des performances entre les pays. Ainsi, les niveaux de performance atteignent 36 % des primes en Indonésie et 33 % en République Tchèque. Seuls cinq pays ne génèrent pas de rendements moyens positifs, la Hongrie affichant les moins bons résultats (-36 %), suivie par l’Australie (-15 %), le Canada (-11 %), Singapour (-9 %) et la Chine (-1 %). Philippe Girard précise : « la quasi-totalité des pays affiche un excédent, mais ce qui est particulièrement intéressant, c’est que le résultat moyen pour les couvertures décès uniquement est de 23 %, alors qu’il est de -8 % pour les couvertures de frais de santé. Conclusion évidente : les entreprises doivent étudier avec beaucoup d’attention les risques et les pays à inclure dans leurs pools. Cela passe notamment par l’analyse de la sinistralité passée, de l’inflation des coûts de prévoyance et de santé dans les pays considérés, du niveau des primes tarifées ainsi que de la diversité des risques.».

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine