C’est la 7ème année consécutive que PwC et la DFCG publient les résultats de leur enquête consacrée aux priorités 2019 du Directeur Financier. Acteur de la stratégie de croissance de l’entreprise, le Directeur Financier doit constamment s’adapter aux avancées technologiques et aux nouveaux modèles de croissance. Il fait également face à des défis de taille, notamment à l’évolution des compétences attendues, et à la maîtrise de nouveaux risques tels que la cybercriminalité.
Il ressort cinq enseignements de cette étude qui montre que le Directeur Financier est un acteur toujours plus actif dans la stratégie de croissance de l’entreprise. Ainsi, le premier montre qu’au-delà des choix d’investissement, le Directeur Financier est aujourd’hui le conseiller incontournable de la Direction Générale en matière de stratégie de croissance. Ainsi, pour le budget 2019, 57% des Directeurs Financiers considèrent que la croissance sera majoritairement organique, axée sur le renouvellement de l’offre (31%) et sur la réorganisation des activités de l’entreprise (28%). Par ailleurs, 54% d’entre eux seront particulièrement attentifs à la maîtrise des coûts, tout en maintenant les investissements nécessaires à la mise en œuvre des innovations technologiques qui renforceront la compétitivité.
« Depuis plus de 10 ans, le rôle du directeur financier s’est largement étoffé, il interagit davantage avec les opérationnels et participe aux décisions métiers et stratégiques. Il est aujourd’hui essentiel pour exploiter au mieux les données, savoir identifier les points additionnels de croissance, de productivité et de maîtrise des coûts. Il est devenu un véritable partenaire de la direction générale dans la définition et la mise en œuvre des stratégies de croissance » Maryse Lecutier, Associée PwC France, responsable des activités de Conseil pour les Directions Financières
Il ressort également que le pilotage de la performance reste la priorité n°1 pour 72% des Directeurs Financiers. En quelque sorte, le défi majeur pour les Directions Financières reste la production d’une information de pilotage de qualité, ciblée, pertinente, tournée vers l’anticipation, en temps réel et permettant des prises de décisions éclairées. Face à la prolifération des données, l’exploitation optimale des données de l’entreprise est jugée par 86% des Directeurs Financiers comme un enjeu crucial. Il s’agit de renforcer leur collaboration avec les métiers, et faire davantage le lien avec les objectifs stratégiques et opérationnels de l’entreprise. Par ailleurs, 61% des Directeurs Financiers estiment qu’ils y parviendront grâce à la digitalisation.
En outre, la digitalisation des processus offre de nouvelles opportunités aux Directions Financières. elle permet d’aller beaucoup plus loin dans l’optimisation des processus financiers : rapidité, qualité, fiabilité et efficacité sont les principaux bénéfices attendus les plus souvent cités par les Directeurs Financiers. Le processus de pilotage de clôture est celui sur lequel les ambitions sont les plus fortes à horizon 3 ans. Pour les Grandes Entreprises (46%) et les ETI/PME (16%), la robotisation des activités transactionnelles est désormais une réalité.
Et la gestion des talents constitue le défi majeur des 3 prochaines années, selon cette étude. Les mutations observées sur le pilotage de la performance et la digitalisation des processus ont des impacts significatifs sur les compétences nécessaires au sein des Directions Financières pour les 3 prochaines années. Le développement des compétences managériales et de coordination transverse est clé pour 58% des Directeurs Financiers. Aussi, les compétences indispensables à l’exploitation des nouvelles technologies sont également très recherchées. Le développement de ces compétences en interne est privilégié par 76% des Directeurs Financiers. Cela passe notamment par de la mobilité interne dans les grandes entreprises, moins accessible chez les PME/ETI, qui privilégient la formation aux soft skills.
Enfin, la maîtrise des risques devient une réelle préoccupation pour les Directeurs Financiers. De ce point de vue, « le directeur financier est un acteur essentiel dans la lutte contre la cybercriminalité. C’est d’autant plus vrai pour les PME / ETI qu’elles n’ont bien souvent pas de stratégie en la matière » Bruno de Laigue, président de la DFCG. Les transformations digitales induisent a fortiori de nouveaux risques liés à l’intégrité des données et la sécurisation des flux. Alors que 36% des grandes entreprises ont déjà investi dans des stratégies de prévention vis-à-vis des risques liés à la cybersécurité, seulement 11% des PME/ETI ont mis en place cette démarche préventive, malgré leur plus grande vulnérabilité.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+


Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine