Nul ne saurait contester la valeur de la sympathie irlandaise. Même pas la même de Thierry Henri qui leur priva de Coupe du monde. Il suffit de côtoyer leur pub à la Guinness que l’on peut boire sans modération, pour comprendre que c’est d’un peuple ouvert et hospitalier qu’il s’agit. De là à ce qu’il devienne un paradis presque fiscal européen pour les autres entreprises européennes, il est un manque à gagner que l’on ne saurait taxer de protectionniste.

De grandes structures technologiques de facture mondiale élisent leurs domiciles dans ces contrées. Vous croyez que c’est pour leur gentillesse et la saveur originale de leur Guinness ? Certainement. Mais pas uniquement, quand des sociétés technologiques de premier plan installent leurs sièges là-bas pour tirer leur marron fiscal du feu. De centres d’appels aux data centers, le choix est vite fait entre le Connemara et la Savoie. Les Gafas, Air B&B et autres Amazon, Google ont choisi, sans appel. Ils préfèrent d’autres pays à la France. Et pour cause, ils paient le moins d’impôts possible.  Mr le Maire est monté au créneau et entend harmoniser la fiscalité européenne, espérant faire venir certaines structures dans notre pays. En contrepartie, face à cette stratégie, l’Irlande devrait enregistrer un manque à gagner de près de  – 4 milliard d’euros si ça marche. On peut la comprendre si elle adopte quelque mesure que ce soit pour arrêter l’hémorragie.

En la matière, elle pourrait compter sur l’offre irlandaise en technologie de santé qu’elle met d’ores et déjà en avant. Traquée dans un secteur elle se réfugie dans un autre ? Jusqu’à quand cette stratégie de la fuite en avant ? la question est d’autant plus importante qu’elle touche le secteur de la santé et embarque donc collatéralement l’assurance du même parfum. Après les prothèses dentaires venus de l’Est et les centres d’appels … appelés depuis la France, ce n’est plus un simple problème d’emploi, quoique ! Il s’agit de garantir l’avenir de notre santé et de la santé des entreprises. Le Président ayant plaidé, à juste titre pour plus d’Europe, il faut bien entendu plus de garde-fous. Au moment où l’Insee annonce un taux de croissance de 1,8 % dû au dynamisme de la demande interne des ménages et des entreprises, il serait dommage de la sacrifier sur l’autel de l’Europe qui reste pourtant notre avenir. Macron, au curseur.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine