L’Histoire retiendra que c’est par la porte d’un assureur anglais qu’Amazon prend pied dans le marché en France ! L’on a appris hier que l’assureur britannique, via sa filiale française, propose non moins que de souscrire des contrats autos et habitation en ligne mettant à contribution la solution Amazon Pay. Branle-bas d’angoisse ! Cela a suffi pour relancer la machine à fantasmes ou à se faire peur dans l’assurance française, du fait de l’entrée de la famille GAFA dans le landernau.
Le marché est resté comme tétanisé, par le simple rappel de ces quatre lettres surtout quand on sait que les mastodontes de l’Internet américain ourdissent de multiples opérations dans l’ombre. Ils ont beaux être des ogres, cela ne fait pourtant pas d’eux des experts de l’assurance française naturellement. Surtout qu’il s’agit, non pas d’une commodity, mais de produits bien particuliers que ne peut ou plutôt ne saurait commercialiser un vendeur de cacahuètes ou presque !

Pour autant, l’arrivée de ces nouveaux entrants, certes spécialistes du Net, mériterait que l’on s’y intéresse de trop près. Mais, de là à crier à l’entrée du loup dans la bergerie comme l’a titré un confrère, serait un peu exagéré. La théorie des Gafa bouffeuses du marché de l’assurance dure depuis un moment ! Ce serait oublier que la théorie du « il y a qu’à… » ne marche pas toujours sur le marché de l’assurance européenne pour ne pas dire française. Car elle ne résiste pas longtemps à l’épreuve des réalités : J’en veux pour preuve qu’un Google, licorne s’il en est, s’est essayé sur notre marché avec un comparateur dont le rayonnement et le ROI ont fait Pschitt ! Est-ce pour mieux revenir ? Pourquoi pas ?  en tout cas, l’occasion pour un grand journal de la place de nous expliquer que c’était faute d’une interface utilisateur adaptée.
Un peu court comme explication ! Nous croyons que les causes sont ailleurs : un marché aux règles métiers spécifiques qui ne tolère aucune improvisation. Des professionnels ont dû essuyer des échecs retentissants en LPS, encore cette année ! Ce qui prouve que la maîtrise de l’expertise ne suffit pas. Connaître les subtilités du métier et la psychologie d’un client particulier, semble justifier la singularité du marché de l’assurance français.

Pour autant, le gâteau est très juteux et le grand capital américain ne reculera devant aucun sacrifice si au bout il est certain de mettre la main sur un marché-pactole tout également prometteur. Mais comme je le disais tantôt, ce sera aux acteurs locaux de montrer le chemin de la résistance : des arguments résilients, ils en ont plein la besace.
Arrêter de se faire peur et affronter l’ogre en se rapprochant de lui : « embrasser son rival, pour mieux l’étouffer », comme dirait l’autre. Et si l’assureur français, fille de la Perfide Albion, était la première à sonner le tocsin de la révolte face aux Gafa ? l’Histoire oublierait volontiers que le vent de révolte contre les GAFA soufflait à partir non du plateau d’Albion, mais outre-Manche, en réalité. Comme quoi, même en dehors de l’Union européenne, il faudra compter quelque part avec les… Tuniques Rouges ! qu’importe ! l’assurance française est toujours debout. Nous n’aboierons pas avec les loups ! Amazon Pay, ce n’est pas un coup de boutoir d’une GAFA ! Au pire une composante d’une tactique qui va organiser la résilience contre Amazon.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine