Edito : encore et toujours l’assurance emprunteur ! | Assurance & Banque 2.0

Non ! il ne s’agit pas d’une fixation, même si, après la livraison de trois articles sur le sujet, cela peut finir par ressembler à une obsession ! Oui, nous préférons encore parler d’obsession en la matière et cela vaut son pesant d’euros ! Songez-y, plus de 4 milliards d’euros de marge  à se partager entre les porteurs de risques et les banquiers, n’eut été l’entêtement des banquiers qui, malgré trois vagues de lois et non des moindres (Lagarde, Hamon, amendement Bourquin, ndlr), n’entendent pas lâcher le morceau de viande et l’on comprend, quand on évalue son apport. Je serais banquier, moi, je ferais pareil !

Surtout qu’ils sont moins coupables quand on découvre, analyse des chiffres à l’appui, que l’Etat se nourrit bel et bien de ce pactole qui ne profite pas seulement aux banques ! Oui, CNP Assurances, qui a été épinglé, il y’a quelques années, par l’ACPR sur les contrats en déshérence dont il ne facilitait pas la recherche ! scandale ! à écopé d’un blâme assorti d’une amende à hauteur de 40 millions d’euros, et s’est vue  infliger une nouvelle sanction de 8 millions d’euros hier pour son laxisme dans la lutte contre l’argent du terrorisme devrait présenter profil bas quand il s’agit de l’assurance emprunteur !

Pour cette poule aux œufs d’or, le bras séculier de l’Etat dans l’assurance vie et la prévoyance semble assurer sa pérennité que grâce à ce scandale sur le contribuable moyen que nous dénonçons chaque jour. Pourquoi ? Quand on sait que l’an dernier il totalise un chiffre d’affaires de 11,9 milliards d’euros dont environ 2 proviennent de l’emprunteur, l’on se dit que c’est un marché juteux ! ça on le savait déjà. Mais dès que l’on gratte un peu plus, on découvre que sur les 539 millions de résultats net, 447 viennent des profits apportées par cette branche. Il faudrait multiplier par huit au moins ce montant pour estimer le volume de profit brassé sur le dos de l’honnête Mme Michu par l’écosystème de l’emprunteur! Par comparaison, la contribution de l’épargne aux résultats 2017 est de 92 millions d’euros. Autant dire une goutte d’eau par rapport à l’océan de l’assurance emprunteur apporté à CNP par les banques ! Et oui, les banques concentrent certes 88 % de l’assurance emprunteur mais elles en confient l’essentiel à la CNP  !

En clair, cet argent va bel et bien dans les poches des pouvoirs publics ! Est-ce que les pouvoirs publics veulent réellement faire jouer le bâton de la réglementation et tuer la poule aux œufs d’or ? Pire, l’observateur moyen n’aurait-il pas raison de croire en une mascarade ou pire, en ce que ma décence m’interdit d’écrire ici ?

Pauvres assureurs, pas si pauvre que cela, somme toute car l’Etat n’hésite pas à nous ponctionner des taxes en veux-tu, en voilà, contre une matière assurable quelque peu obligatoire, mais il ferme les yeux sur l’obstruction organisée par les banques au détriment de l’assurance ! Le pire est que c’est un assureur qui semble porter le coup de grâce à sa famille. Fratricide ! arbitré par l’Etat !

Il serait temps d’entendre le parlementaire Bourquin sur ces pratiques qui rappellent une autre époque dans l’Hexagone ! Le problème est que beaucoup le savent mais très peu le disent ! Nous ne bêlerons pas en cœur avec les autres alter ego ! Dont acte !

 

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine