Selon le cabinet d’analystes, la collecte de long terme s’est amplifiée en février, sur le Vieux continent. Dans le même temps, le rebond des marchés a attiré beaucoup de flux vers les gérants de long terme.

En février 2014, la tension des investisseurs obligataires à l’égard du « tapering » de la Fed et le rebond des marchés actions après une période de volatilité n’ont pas pesé sur la collecte des fonds investis sur le long terme. Elle a atteint 34,5 milliards d’euros sur cette période. Toutes catégories confondues, des flux positifs sur le mois février, fonds monétaires compris. « Les trois grandes classes d’actifs – actions, obligations, allocation – ont bénéficié d’une collecte significative, mais les investisseurs se sont également beaucoup intéressés aux obligations convertibles et aux stratégies alternatives, cette dernière catégorie enregistrant une collecte record depuis que des données valables sont recueillies par Morningstar », explique le cabinet.

Dans cette dynamique, la catégorie ayant le plus collecté en février est celle des « Other Bonds ». Elle intègre un ensemble de fonds à échéance, de produits structurés et de parts couvertes en devises dans certaines catégories spécifiques. Quant aux fonds investis en actions de grandes capitalisations boursières, ils ont également attiré des flux ; idem pour les fonds d’allocation prudente en euros.

Par ailleurs, la forte demande pour les fonds investis en obligations d’entreprises est plus récente, sachant que jusque-là, « les investisseurs privilégiaient plutôt les obligations à haut rendement du fait de la compression des spreads qui rendait la catégorie « haut rendement » plus intéressante que la catégorie « investissement » aux yeux d’investisseurs à la recherche de rendement. » Dans le même temps, les stratégies alternatives de type « long/short » ont également gagné du terrain, avec des croissances organiques d’actifs gérés comprises entre 25 % (stratégies US) et 8,5 % (Royaume-Uni). De leur côté, les fonds investis dans les métaux précieux ont enregistré une croissance de 16,4 %. Selon Morningstar, « ce rebond s’inscrit dans la foulée de la hausse des cours des sociétés minières et aurifères, traduisant la quête de performance de la part des investisseurs. »
Quid des catégories ayant souffert durant cette période ? Il s’agit des fonds garantis et ceux investis sur les marchés émergents. Géographiquement, la Malaisie et le Brésil ont enregistré les plus fortes baisses d’actifs sous gestion durant le mois.

Rapportée à l’aune des sociétés de gestion, l’analyse du cabinet met en lumière plusieurs fonds importants ayant subi des mouvements de décollecte d’envergure : exemple du fonds Templeton Global Bond noté « Silver » qui a dévissé à hauteur de 1,24 milliard d’euros en février, ou de Carmignac Patrimoine (notation identique, ndlr) qui a perdu 730 millions d’euros d’encours du fait de performances décevantes. Enfin, le fonds PIMCO Total Return Bond noté « Gold » a également subi une décollecte à hauteur de 580 millions d’euros. A contrario, M&G Optimal Income noté « Silver » a connu le plus gros succès avec une collecte nette de 966 millions d’euros. Belle performance pour un fonds qui totalise 22 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine