Venu des Etats-Unis comme toute grande innovation d’usage, le Black Friday se propage dans le monde comme une traînée de poudre, à la vitesse grand V. Les magasins prompts à liquider des stocks de marchandises qui n’ont pas fait recette n’hésitent pas à les brader, créant ainsi des transactions virtuelles dont le volume ne cesse d’exploser chaque année et affolent les prévisions. Tous les consommateurs ne sont (pas toujours cybercouvert), pour profiter de cette aubaine des offres plus alléchantes les unes plus que les autres.

C’est donc la fête aussi pour les cyber-criminels à l’affût de forfaits juteux. On ne saurait jamais le dire assez, protégez-vous et vos données personnelles qui valent de l’or dans le black-Internet cette fois-ci. Dans le flot continu et faramineux de données, les cartes de retrait et d’autres moyens de paiement sont exposés. Peut-être qu’aussi exposés qu’une donnée de Uber, mais certaines précautions de base ont été rappelées par exemple par des experts de risques, montrant si besoin était que l’aléa est dans l’air. Hiscox, spécialiste de la protection des risques sait de quoi il parle. Et propose une batterie de règles de base à observer pour éviter d’être coulé pendant cette fièvre acheteuse virtuelle. Elle rappelle justement qu’avec le Black Friday, le nombre de transactions en ligne explose ; c’est l’occasion de sortir couvert et pour Hiscox de mettre en place une solution qu’elle propose pour sanctuariser les flux mais surtout de prendre et d’observer des mesures préventives essentielles à mettre en place pour se protéger à commencer par le patch de sécurité mis à disposition par Microsoft. Et naturellement, sauvegarder régulièrement ses données critiques, dans l’idéal quotidiennement, à l’extérieur de son système d’information. Prendre l’habitude de mettre systématiquement à jour les logiciels utilisés, que ce soit dans un cadre professionnel ou à titre privé (les machines sur lesquelles le correctif de mars 2017 a été installé sont, pour l’instant du moins, protégées contre Wannacry), rappelle-t-il. Mais il faudrait noter que rien n’est plus efficace qu’une vigilance humaine pour éviter d’être pris aux pièges que nous tendent les cybercriminels. Ce qui permettra de faire du black Friday probablement un Pink Friday. Les fournisseurs seraient les premiers gagnants à voir le nombre de cyber-forfaits baissés drastiquement. Donc une meilleure entente entre eux et les clients ferait tourner à plein régime un univers du net sans risque. Une utopie ? le risque « Zéro n’existe pas mais le réduire asymptotiquement est le vœu de toute politique de sécurité.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine