L’un des accélérateurs ou même déclencheur de l’avalanche des Big Data, le digital, a montré sa puissance marketing sur un marché qui tournait en rond autour du décisionnel. Ce ronron a sauté en éclats, mettant à nu les difficultés tapis derrière le voile commercial. Mais, experts en tours de passe passe, les sociétés de services ont su retomber sur leurs pieds en proposant au marché des solutions aux éventuels problèmes technologiques naissant dans le sillage du Big Data.

Car, reconnaissons-le, le big data ne rime pas avec la panacée ! Derrière ce monde présenté comme rose, se confine de nombreux problèmes à résoudre. Cela tombe bien, car des problèmes, les entreprises doivent y faire face. De la maîtrise de la connaissance clients au parcours de celui-ci en passant par ses attentes, le nombreux d’enjeux est multiples. Certes, le Big data apporte solutionne des problèmes mais il en génère autant sinon plus et de nouveaux. Comment améliorer les bases de données multiples au sein de l’entreprise et qui hébergent la ruée des données du Big data ? Ici, les ESN (Entreprises de services numériques) proposent de rationaliser les différentes bases de données au sein de data lakes. Derrière rationalisation se gère in souci récurent, celui des coûts.

Data lakes ! un néologisme qui n’a pas eu du mail à se frayer un chemin dans l’environnement béant du Big Data. En introduisant la maîtrise des charges associées, il a réussi à gagner ses lettres de noblesse et un mastodonte du nom de Covea n’a pas hésité à en mettre en place à la faveur de son chantier Big Data. Confronté aux interrogations sur la maîtrise et le contrôle des données personnelles, elles vont certainement capitaliser sur les apports des data lakes pour asseoir aisément le respect de la norme GDPR et d’algorithmes qui régentent la vie privée.

Car ne l’oublions pas, Big data rime avec flots et flux des données issus de bases de données différentes. Qui mieux qu’un data lake pourra normaliser les données, et créer de l’ordre dans ce semblant de capharnaüm qui doit être contrôlé et maîtrisé afin d’éviter des cyber-attaques. Donc une dimension à contrôler impérativement sinon l’on s’expose à des sanctions désormais non négligeables.

On le voit, le Big data introduit de vrais changements et les acteurs de la finance, en première ligne, doivent y faire face en sachant qu’il est nécessaire de faire face à des problèmes cachés, problèmes qui, résolus, plongent l’entreprise dans une nouvelle ère celle du data driven !

 

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine